Critique Manga MAO #8

8
MAO

par Auray le jeu. 24 mars 2022 Staff

La légende continue

La nouvelle série de la célèbre créatrice de Ranma ½, Rumiko Takahashi, se monte pierre par pierre. Le tout reste très inspiré du folklore japonais comme on a pu le voir dans ses précédentes œuvres. Mao est un personnage assez complexe, comment faire autrement pour celui qui a vécu plusieurs vies en une. Et, pour l'accompagner, la jeune Nanoka commence à bien nous émerveiller aussi.

Sinon, la couverture n'est pas mensongère, c'est bien ce nouvel ennemi qui va cette fois en faire baver notre héros et sa clique. Hakubi est aussi un ancien disciple du clan Goko qui continuera, après Shiranui, ces luttes intestines à travers le temps et les pages.

Mais, n'oublions pas qu'il y a aussi cette vie du quotidien qui rythme le récit. D'ailleurs, Nanoka a son mot à dire dans cette histoire d'amour un peu à sens unique. Elle va peut-être réussir ce que Mao lui-même ne voyait pas jusqu'à maintenant, c'est-à-dire, enfin avancer dans ses sentiments personnels. Dame Sana a eu une importance capitale dans sa vie, et, encore à notre époque. Cette fois, grâce à des paroles de la petite, et, surtout, la fin de cette enquête concernant son ancien amour, vous allez voir l'ambiance changée. J'en suis le premier surpris. La suite promet peut-être d'autres évènements de ce type dans le futur. Ça pourrait même engager des combats différents. On le saura bien assez tôt, et dans ce tome.

Sinon, je le disais plus haut que le fameux Hakubi commençait à s'agiter. Cependant, je dois quand même vous spécifier que ce sera à travers un nouveau personnage torturé, Sauma. On ne sait pas quel avenir se dessine pour lui, mais, on remarque ses débordements continuels entre le bien et le mal. Cette aventure va finalement déterminer qui il sera à l'avenir. Un homme comme son frère, à la fois un meurtrier et la réincarnation d'un fauve cruel ? Ou quelqu'un de fort, sentimentalement ou physiquement parlant, comme notre héros, comme il l'espère tout bas? Les dessins des différents combats mettent encore une fois ses différents aspects en valeur.

Enfin, on avait peu vu encore la mystérieuse Natsuno, la spécialiste en magie de la terre du clan Goko. Est-elle mêlée de près ou de loin à une nouvelle affaire de meurtre ? Pour ma part, je suis très content de retrouver ce personnage qui avait donné un nouvel élan à la série. Je n'ai du coup aucun doute que la suite sera tout aussi passionnante à lire que ce tome huit, conçu de façon claire et, encore une fois, très inspiré. Incroyable Rumiko Takahashi qui entraîne encore dans son monde, à bientôt soixante-cinq ans, ses lecteurs du monde entier.

En bref

« Je passe mon temps à te caresser dans le sens du poil et toi, tu n'es même pas fichu de m'accorder un regard ! »

8
MAO
Positif

Les traits de Rumiko, reconnaissable entre tous

Un scénario toujours aussi agréable à suivre

L'aventure de Mao s'étoffe de volume en volume

La fin du mystère entourant Dama Sana

Les paroles de Nanoka vont relancer l'idylle avec Mao

Negatif

Une série qui semble prendre un chemin assez long

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (769)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire