6
Icare

par tokala le lun. 25 mai 1970

Décevant en fait… Surtout quand on aime beaucoup l'oeuvre de Tanigushi dans son ensemble. On se rend compte en lisant Icare (et cela est confirmé par l'interview de Moebius en fin de volume) que le scénario de base était très dense, très complet, et au moins aussi farfelu et déjanté que l'Incal, si ce n'est plus (beaucoup plus si on se base sur l'interview). Ce scénario a été très épuré par Tanigushi, qui a supprimé pas mal de violence, de décalage, de sexe et de perversité, mais qui a ajouté des sentiments. Au final, on se retrouve avec un Moebius bridé et un Tanigushi qui n'est pas dans son élément. Certes les dessins sont très beaux, mais cette collaboration n'était pas une si bonne idée que ça.

En bref

6
Icare
tokala Suivre tokala Toutes ses critiques (11)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire