8
Ad Astra

par Sherryn le dim. 30 mars 2014 Staff

Après des titres comme Cesare, Wolfsmund ou encore Bride Stories, Ki-Oon continue à nous proposer des seinen historiques et nous emmène cette fois en Antiquité romaine avec Ad Astra. Si bien sûr on ne peut pas non plus s'empêcher de penser à Virtus, oubliez là la comparaison, car là où Virtus s'axait sur du bourrin orienté action pure (et était jouissif pour cela), Ad Astra s'oriente plutôt sur la stratégie et plus précisément, le duel de deux personnages restés célèbres dans l'Histoire sous les noms d'Hannibal Barca et Scipion l'Africain.

Première chose que l'on constate, le dessin ne dépare en rien face aux autres titres déjà proposés par Ki-Oon dans sa thématique historique. Le trait réaliste est mature et sérieux, avec des visages bien distincts les uns des autres et surtout, un énorme souci du détail sur les arrière-plans. Si toutes les cases ne présentent pas de décors, ceux-ci sont cependant bien dessinés quand ils le sont. Les trames et les grisés participent aussi à un rendu réaliste particulièrement plaisant.

Concernant l'histoire, c'est personnel, mais pour ma part j'ai eu de la peine avec le premier chapitre qui nous présente "la naissance d'un monstre" et s'attache à montrer en quoi Hannibal était dès l'enfance un personnage hors du commun. Personnellement, je trouve un peu dommage d'avoir voulu doter ce dernier d'une aura mystique, en alignant les phénomènes surnaturels à sa naissance et durant son enfance, en allant jusqu'à le représenter comme une figure complètement surréaliste à laquelle on ne croit guère. Mais ça fait sérieux, ça oui, il faut juste entrer dans le trip, ce à quoi pour ma part je n'y ai pas réussi.

Cependant, dès le second chapitre, le manga retombe sur ses pattes et on plonge pleinement dans une ambiance sérieuse où la mise en scène parvient très bien à conserver une forme de suspens, même si l'issue finale du duel est en principe connue de chacun. L'auteur parvient très bien à faire des différentes batailles et escarmouches des luttes où l'on est sans cesse surpris par l'inventivité et le génie militaire des jeunes généraux. Surtout, il parvient à rendre très charismatiques les personnages principaux.

Hannibal, désormais adulte, est en effet paré d'une aura mystérieuse et ténébreuse qui le rend fascinant. Son charisme, mais aussi son intelligence et sa fierté rendent la lecture addictive, car les répliques font mouche. Face à lui, est représenté un personnage encore mineur mais appelé à prendre de l'importance par la suite, je parle bien sûr de Scipion. Sa figure très humaine, un peu insolente et joviale, qui dissimule en fait une intelligence et une capacité d'analyse redoutables, en font un protagoniste très différent d'Hannibal, mais tout aussi charismatique et digne d'intérêt.

Le récit est très axé sur l'action et rend vivantes les batailles de l'Antiquité Romaine. Cependant, c'est surtout la stratégie et les retournements de situation qui font de la lecture un vrai moment d'immersion, car on est sans cesse surpris par les ruses des protagonistes. Le manga insiste également beaucoup sur les valeurs que sont la fierté et la gloire, de façon parfois un peu insistante, mais cela n'alourdit pas la série pour autant. Il est particulièrement intéressant du point de vue narratif, d'avoir choisi Hannibal et non Scipion comme personnage principal, dans ce tome en tout cas. On est curieux, du coup, de voir la tonalité qu'adopteront les volumes suivants.

Très bien dessinée, mature, pourvue aussi bien de scènes d'action que de plans stratégiques, sachant rendre ses héros fascinants et ressuscitant admirablement l'Antiquité Romaine, cette série démarre sous les meilleurs auspices. À surveiller !

En bref

8
Ad Astra
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire