Critique Manga Le pavillon des hommes #1

9
Le pavillon des hommes

par Skeet le ven. 23 oct. 2009 Staff

Le pavillon des hommes nous emmène dans un XVIIème siècle japonais alternatif dans lequel les hommes ont été en partie décimés par une maladie n’affectant qu’eux.
Partant de cette idée de base, l’auteur est donc parti dans l’idée de mettre les femmes au premier plan puisque dans ce monde alternatif, le shogun est une femme !

Le pavillon des hommes part déjà avec un avantage : son scénario original. Bien que ceci ne soit que fiction, le reste est décrit avec justesse et réalisme, ce qui rend le tout très crédible…on s’y croirait !
Ce pavillon mystérieux où résident pas moins de huit cents hommes, fait penser à la cité interdite chinoise.
A travers l’ascension de notre héros, nous découvrons un endroit étrange avec sa hiérarchie et ses règles.

L’auteur aurait pu se contenter de ce postulat de départ mais il n’en est rien : le scénario se révèle bien plus conséquent que prévu à notre grande surprise et l’œuvre prend de suite une autre ampleur.
Au départ, on se demande où l’auteur veut en venir mais on comprend rapidement que ce manga ne va pas être un manga « harem » avec des hommes.
L’auteur veut vraiment aller au fond des choses et cela promet déjà une suite passionnante.

Même si on n’aimerait pas forcément être à la place de notre héros, on arrive tout se même à s’immerger dans ce pavillon qui finalement a quelque chose d’étrangement attractif.

Les dessins sont fins mais restent relativement épurés ce qui colle parfaitement à l’ambiance de ce premier tome. L’auteur nous délivre là un dessin authentique qui fait plaisir à voir.

Le pavillon des hommes est réellement une bonne surprise qui devrait vous charmer par son ambiance si particulière soutenue par des dessins très agréables.
Son scénario très bien ficelé vous tiendra en haleine et vous entraînera automatiquement sur le volume 2 !

En bref

9
Le pavillon des hommes
Skeet Suivre Skeet Toutes ses critiques (673)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire