Critique Manga Après la pluie, Maru

6
Après la pluie, Maru

par Tampopo24 le jeu. 6 juin 2024 Staff

Pluie guérissante

Découverte le mois dernier avec son précédent oneshot : No Doubt Lilac, que
j’avais trouvé adorable malgré quelques maladresses formelles, grâce à
un ton un brin naïf mais touchant et bienveillant, me voilà à poursuivre
mon exploration de l’oeuvre de Wakame Kuki avec un titre tout aussi
gentil.

Datant de 2022, celui-ci est un oneshot
un peu moins doux que le précédent mais reprenant ce goût pour des
personnages adultes légèrement à la dérive. Dès le titre, Après la pluie Maru, on
sent une certaine mélancolie qui va vite venir se confirmer, mais
également une belle joie de vivre et une envie de croquer la vie à
pleines dents, quand on voit ces visages ultra souriants.

Pourtant les premières pages sont une
accumulation de clichés et pas de la meilleure eau. En rentrant chez lui
après le boulot, Kota tombe sur un jeune homme trempé par la pluie et
l’accueille chez lui pour l’aider. Maru lui saute alors dessus et Kota
n’arrive pas à résister à la tentation. J’avoue que je déteste ce genre
d’intrigue et surtout ce genre d’excuse pour une relation moralement pas
très sainte, puisque Maru est ivre et que Kota ne le connaît pas. Le
consentement est hautement questionnable ici… Les deux héros se mettent
également bien trop vite ensemble puis à vivre ensemble alors que ce
sont deux inconnus et qu’ils ne font pas particulièrement l’effort de se
connaître. C’est totalement surréaliste et c’est le genre de chose qui
ne me convainc pas du tout…

Cependant, une fois lancée, j’avais
justement contrairement à eux envie d’en savoir plus sur l’un et
l’autre. Du coup, j’ai poursuivi et j’ai aimé ce que j’ai découvert sur
chacun. J’ai trouvé l’histoire de Kota, orphelin qui a dû très tard, au
lycée, apprendre à vivre sans sa mère, touchante. La rencontre de sa
solitude avec celle de Maru, qui lui aussi a été élevé par quelqu’un
d’autre : sa grand-mère, prend de ce fait plus de sens. Avec lui, vient
aussi la question justement du consentement quand on cherche à tout pris
à plaire à l’autre ou qu’on veut son approbation. Jusqu’où est-on prêt à
aller pour ne pas être seul quand on a connu cela ? Rien que pour ces
questions qui, je trouve, font sens et émeuvent, je suis contente
d’avoir poursuivi.

Et autant les scènes de sexe sont trop
nombreuses et racoleuses à mon goût, autant les scènes de leur quotidien
à deux faites de repas et bains partagés, ça, j’ai beaucoup aimé. Il se
dégage une vraie humanité, une vraie chaleur humaine de ces échanges
banals mais tellement important. Oui manger ensemble, préparer quelque
chose pour l’être aimé, savoir qu’on est attendu, tout ça, ça compte.

En bref

Alors oui, une fois de plus le titre est rempli de maladresses, mais il est aussi rempli de bonnes intentions et ce fut touchant de voir Maru et Toka se rencontrer et faire leur bout de chemin ensemble. Je trouve d’ailleurs bien dommage que l’autrice se soit tant attardé sur leurs débuts, fort peu intéressants, et pas plus sur leur avenir bien plus prometteur et intéressant. Il y avait matière à faire un très joli tranche de vie.

6
Après la pluie, Maru
Positif

Deux solitudes qui se rencontrent

Des parcours touchants

De jolis instants du quotidien

Negatif

Un début bancal et maladroit

Trop de sexe et pas assez de développement

Un titre qui s'arrête trop tôt

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1694)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire