Critique Manga Le goût des fraises #2

7
Le goût des fraises

par Tampopo24 le sam. 11 mai 2024 Staff

Champ de fraises, floraison des sentiments

Décidément je suis faible ou
cette série est bien trop mignon, au choix ! Mais je me suis régalée
avec la suite de cette douce comédie romantique slow burn et ses héros
maladroits mais qui avancent pas à pas.

Le scénario n’a pourtant rien de
révolutionnaire et il ne cherche pas à l’être. Reprenant tous les codes
du genre, il nous propose de suivre le quotidien entre travail aux
fraises et vie pro/scolaire et familiale de nos deux héros. C’est
simple, c’est classique, mais c’est charmant. Parce que cela repose
avant tout sur des personnages terriblement attachant dans leur candeur
presque virginale.

Ce n’est pas simple pour eux de faire le
premier pas et les occasions s’amenuisent en plus dans ce tome avec le
grand-père de Sara qui sort de l’hôpital et elle qui reprend le chemin
de la fac et s’ajoute des cours de conduite. C’est donc une charmante
valse à contre-temps qu’on nous offre ici avec un pas en avant et
obstacle devant à chaque fois. Il leur faudra, à ces timides, une sacrée
dose de courage pour le franchir, mais ils y parviendront et c’est trop
mignon.

Le regard que l’autrice et que nous
posons sur eux est forcément des plus attendri, car ce slow burn entre
un mister grumpy et une miss sunshine fonctionne à merveille grâce aux
choix d’Irono. C’est tout mignon de les voir à travers le regard
énamouré de l’autre, mais aussi à travers celui de leurs proches qu’on
rencontre et qui ont bien tout compris. J’ai adoré la fraîcheur de ces
derniers, que ce soit les parents très bavards de Minori, ou le
grand-père gaffeur de Sara. C’est marrant de les voir tenter de les
rapprocher.

Tous les ingrédients d’une jolie romance
toute douce sont donc là et Irono nous offre de forts jolies scènes même
si elles restent particulièrement soft, l’humour étant le vecteur
principal de l’histoire avec la mignonnerie. J’ai pris mon pied
cependant à voir un grand dadais comme Minori hésiter autant et c’était
adorable de voir Sara en face qui ne comprenait pas trop. J’ai aimé ce
focus sur ce dernier, même si on entend aussi la voix de l’héroïne. Du
coup, il a pris le taureau par les cornes et fait avancer leur histoire,
toujours au bon rythme, avec les bons mots et les bons gestes. Bravo !
D’ailleurs dans le même genre, j’ai trouvé la dernière histoire, qui
ajoute une petite romance bienvenue, très prévenante également et
pointant un phénomène bien connu mais important : la dynamique de l’ex
devenant un harceleur sans le réaliser. C’était top et j’ai hâte de
revoir les amis de Sara et Minori tomber dans les bras l’un de l’autre à
leur tour.

En bref

Sans chichi cette petite comédie romantique campagnarde me met du baume au coeur à chaque chapitre. Son humour, sa fraîcheur, sa bonne ambiance et ses personnages simples mais attachants me plaisent énormément. Moi qui n’aime pas les histoires avec différences d’âge, je me régale ici parce que tout est fait dans le respect et la bienveillance. Alors oui, c’est un peu bateau, les personnages sont un peu neuneus mais au final n’est-ce pas les sentiments qui compte ? Et ici, ils sont juste adorables !

7
Le goût des fraises
Positif

Une romance pour adultes adorables

Un slow burn qui fait fondre

Des héros maladroits attachants

Beaucoup de bienveillance

Le regard amusant de leurs aînés

Une belle et douce atmosphère

Negatif

Surtout pour les amateurs du genre car très fleur bleue

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1673)
Partager :
Commentaires sur cette critique (1)
  • C'est l'occasion de vérifier si je suis Fleur Bleu !!; --)

Laissez un commentaire