Critique Manga Kindergarten Wars #2

7
Kindergarten Wars

par Tampopo24 le mar. 23 avril 2024 Staff

Le pouvoir de l'amour des shojos !

Après un premier tome des plus déjantés, le deuxième vient confirmer ma bonne impression sur cette lecture explosive et loufoque qui divertit et fait rire en réinterprétant à sa sauce les codes des films d'action et des comédies romantiques. Un petit bijou de dérision.

Alors que ce n'est que son deuxième titre relié, l'autrice continue de faire preuve d'une jolie science de la narration et de la mise en scène en s'inspirant des séries, films et mangas qu'elle a pu lire et voir, pour imager ces enchaînements d'action tous plus barrés les uns que les autres et qui pourtant se tiennent. 

Ayant évolué depuis les premiers chapitres où un chapitre = un méchant, nous avons d'abord droit à une longue séquence autour de l'histoire de famille d'Hana. Une séquence un peu à la City Hunter bien explosive où trahison et retournement de situation sont au programme et font tout à fait le job au milieu de cette narration très simple et pourtant fort pêchue de l'autrice. Ça fait des ravage ! 

C'est ensuite au tour d'un petit retour aux ressources puisque la mangaka nous propose d'explorer les personnages au sein même de l'école, certes très particulière, où ils travaillent. C'est encore une fois désopilant. Après avoir organisé un magnifique triangle amoureux impromptu rempli d'angles morts, elle nous fait rencontrer un fan de shojo pas comme les autres et un infirmier aussi féminin que viril qui semble être une copie parodique d'Umibozu (City Hunter). J'ai adoré ! C'est encore drôlissime de suivre les enchaînements plus improbables les uns que les autres qu'elle imagine pour présenter et mettre en scène et en action tout ce petit monde, en plus à coup de répliques poilantes !

"Insulte-moi tant que ça te chante... mais je t'interdis de dire du mal des shojos."

Nous nous retrouvons ainsi à nouveau avec ce mélange d'action débridée, assez violente, où ça cogne et explose de partout, de manière vraiment dynamique et originale car le choix des armes est souvent surprenant ; et un humour désopilant reposant sur des codes et classiques du manga qu'elle détourne allègrement. Ah les fameux placages contre le mur ou le sol des shojos ! Oh le culte de la bogossitude et du bishonen ! On est ainsi vraiment dans une lecture amusante qui sait flatter ce que les fans de mangas, souvent, aiment. Et cerise sur le gâteau des petites bribes arrivent sur le passé de Rita, notre héroïne, promettant peut-être un développement de celle-ci et donc un titre qui saura aller au-delà du fix-up comique qu'il est actuellement. On en redemande ! 

En bref

Lecture dynamique et désopilante, ce shonen d'action comico-parodique est vraiment une très bonne surprise avec son humour déjanté et sa mise en scène qui nous laisse à peine le temps de reprendre notre souffle. C'est totalement WTF, joliment référencé de partout et donc très drôle. Chapeau à l'autrice de tenir le rythme pour l'instant sur ces 2 premiers tomes. Je m'attendais à quelque chose de bien plus anecdotique, je suis agréablement surprise.

7
Kindergarten Wars
Positif

Un humour décapant

Un shonen parodique désopilant

Des références de partout

Une action improbable en permanence

Des personnages drôles et loufoques

La promesses d'une série qui va dépasser le seuil de l'anecdotique

Negatif

Pour les adeptes des titres humoristiques

Un humour bas de plafond et référencé qui ne plaira pas à tout le monde

Des dessins fort simples

Une dynamique un peu répétitive

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1673)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire