Critique Manga Gourmet Détective #4

6
Gourmet Détective

par Tampopo24 le lun. 15 avril 2024 Staff

Idol Spaghetti made in Hitchcock

J’adore Akiko Higashimura, ses
histoires, ses ambiances, ses dessins arty, son ton grinçant, mais je ne
peux m’empêcher de ressentir un coup de mou quand même dans ce tome qui
se répète avec les précédents sans rien apporter de neuf et avec des
personnages bien plus fades.

Alors que le schéma des précédents
volumes était sensiblement le même, j’avais accroché aux histoires de
vengeances mises en scène et aux méfaits accomplis par cette
empoisonneuse deluxe que notre Gourmet détective recherche sans parvenir
à l’attraper. Il n’y avait pas de raison qu’il n’en soit pas de même
ici et pourtant ce ne fut pas le cas.

L’ambiance me plaît toujours autant,
j’aime ce côté bien film, vieux polar classe. Je suis fascinée par Mary
Magdalene et ses méfaits. J’ai beaucoup aimé le chapitre d’ouverture en
ce sens où à l’ancienne, elle se joue d’un mari frivole qui ne s’assume
pas. Ça faisait très hitchcockien, très zweigien aussi, et cela avait
une classe folle. J’ai aussi aimé retrouvé son humour grinçant qui
tourne en ridicule bien des situations ou personnages qui se voulaient
classes. Je partage aussi toujours son appétence pour la nourriture et
les petits plats qu’elle fait mitonner à ses personnages m’ont à nouveau
donné l’eau à la bouche malgré parfois leur dangerosité. Je ne
regarderai plus la salade niçoise de la même façon.

Cependant quel tome fade par rapport aux
précédents ! L’histoire du début n’a pas de réelle conséquence et n’est
qu’une parenthèse qu’on oubliera vite. L’affaire qui lui fait suite met
en scène une jeune idol indie harcelée par un fan et qui cherche à s’en
protéger. Je ne lui ai trouvé aucun intérêt car c’est un thème mainte
fois écrit et bien mieux écrit qu’ici où c’est totalement plat, malgré
les efforts de l’autrice pour la relier à notre détective et son amie
cuisinière, puis à notre fameuse tueuse. Non, j’ai cherché mais je n’ai
pas trouvé l’étincelle grinçante et dérangeante des autres.

Heureusement du coup que le tome se
termine par un petit tour sortant du chapeau et remettant en scène, sur
la même scène, Mary Magdalène et tous ceux qu’elle a aidé précédemment,
pour un nouveau plan machiavélique et so classe, so arty, impliquant
notre Détective qui ne se doute de rien. Je le répète mais c’est
tellement hitchcokien jusque dans la mise en scène sur le toit en mode
voyeur. J’adore ! Et la référence biblique est là une fois de plus. Bien
joué !

En bref

Dans ce tome Gourmet Detective est une lecture où j’ai plus pris plaisir à voire Akiko Higashimura faire du Akiko Higashimura que réellement à suivre les intrigues que j’ai trouvées un peu plates et un peu vaines. J’attendais plus, j’attendais autre chose que cet adultère (un thème qui semble préoccuper l’autrice) et cette idol en danger (vu et revu). Heureusement le final vient nous réveiller et apporter la dose de tension et crainte qu’on était en droit d’attendre et c’est le principal dans ce polar arty tellement plein de références occidentales chics et classes.

6
Gourmet Détective
Positif

Une belle ambiance chic et classe arty

De l'humour grinçant

Des plats appétissants

Le style Akiko Higashimura

Un final qui vient réveiller un peu l'intrigue

Negatif

Des intrigues plates et vaines

Une nouvelle méchante / personne en détresse fade

Le thème de l'adultère trop vu chez l'autrice

Le thème de l'idol harcelé vu et revu

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1673)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire