Critique Manga Gannibal #11

9
Gannibal

par Tampopo24 le lun. 1 avril 2024 Staff

L'Enfer du passé

Cette montée en tension de malade
! Refermant le récit du passé de Gin et Shirogane, ce tome nous offre
une plongée en enfer sans retour en arrière possible. Juste effrayant !

Depuis quelques temps, nous étions partis
à la découverte des racines du clan Goto. Je pensais avoir tout
compris. L’auteur me réservait encore bien des surprises dans cet ultime
volume à ce sujet. J’ai adoré sa construction et déconstruction de la
légende de cette famille, articulée autour du personnage maltraité de
Gin, victime aussi bien que bourreau dans l’histoire, dont le récit ne
peut que nous émouvoir aux tréfonds de notre chair.

Stylistiquement, pour mettre cela en
scène, c’est du grand art. L’auteur fait preuve d’une narration
littéralement étouffante où on croule sous un dessin rempli de crayonnés
puissants et effrayants, où le texte nous envahit également de partout,
renforçant le malaise et la sensation d’étouffement. Excellent ! C’est
sombre, très sombre. La folie gagne littéralement chacun ici, que ce
soit les membres de la famille Goto ou les habitants du village en proie
à la famine. Nous sommes à un point de non retour et l’auteur fait
monter et monter la pression jusqu’au point de basculement.

Qu’il fut ainsi jouissif de voir se
rejoindre le désir d’une femme bafouée, violentée et niée, de se venger
avec la quête de justice de villageois trop longtemps opprimés. Il était
temps que la famille Goto paye et c’est ce qui se produit, mais pas de
la manière dont on l’attendait et la surprise fut totalement pour moi.
Je ne m’attendais pas à cette tournure dans le bain de sang annoncé
entre les deux partis. Je ne m’attendais pas à une telle participation
et prise de position. J’ai été scotchée et soufflée.

En revanche, quel sens de la
dramatisation. J’ai vraiment eu mal tout du long pour Gin, dont le corps
et l’âme ont été perdu à force de maltraitance. Son basculement dans la
folie et cannibalisme sont sensationnels, aux côtés du fils du prêtre
du village, deux êtres opprimés dont la rébellion va être terrifiante et
terrible. L’auteur mélange à merveille ces drames très personnels et
l’horreur inattendue vécue par les villageois avec cette famine soudaine
qui vient tout faire basculer. C’était ainsi le terrain propice à
(re)construction de ce mythe terrible, fondateur, de la famille Goto qui
renaît sous nos yeux avec Shirogane. J’ai adoré y assister même si cela
m’a glacée d’effroi, pour lui, pour eux, pour tous.

En bref

Tome charnière essentiel pour comprendre l’ensemble de la série. Il surprend encore dans ses tenants alors qu’on en connaît parfaitement les aboutissements. La preuve d’un auteur qui maîtrise vraiment ses effets dans ce scénario glaçant et terrifiant dénonçant crûment les tragédies engendrées par les maltraitances et leur vengeance. L’avenir semble bien sombre avec tous ces êtres malmenés par la vie. Espérons que la pointe de lumière de la jeune fille de Daigo soit suffisante pour sortir de ce marasme.

9
Gannibal
Positif

La fin de l'art Gin, dantesque

Des révélations prenantes

Une plongée saisissante dans le cannibalisme

Une mise en scène étouffante et stressante

Gin : un personnage fascinant

Une violence crue et sans concession

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1634)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire