Critique Manga Notre été éphémère #4

7
Notre été éphémère

par Tampopo24 le dim. 3 mars 2024 Staff

Nouveau drame

Après le volet harcèlement, place
au volet maladie, décidément le drame ne nous lâche jamais ici, mais
c’est toujours écrit avec une belle dose de sensibilité.

Mettons de suite les pieds dans le plat :
je ne suis pas friande d’histoires de maladie. Le volet actuel de
l’histoire donc, bien que très bien écrit et touchant selon la volonté
de l’autrice, n’est pas réellement celui qui m’intéresse. Je vais donc
essayer de vous présenter ce qui me semble bien fait, bien écrit, même
si personnellement ce n’est pas à mon goût ^^!

A la fin du précédent volume, le secret
de Kaori était dévoilé. Forcément, on ne pouvait plus en rester là avec
Shizuku, leur relation devait évoluer et à nouveau l’autrice ne prend
pas ses lecteurs pour des idiots, elle leur fati confiance et les place
face à la dureté du moment. C’est cependant toujours avec une forme de
douceur qu’elle annonce qui arrive à Kaori et comment elle le vit bien
difficilement derrière son sourire de façade. Il faut tout le courage
nouvellement acquis de Shizuku pour s’y confronter et lui tenir tête,
faisant ainsi passer leur relation à une nouvelle étape.

Je trouve approprié ici, qu’on ne mette
pas sous le tapis les répercussions de la maladie grave de Kaori, qu’on
la sente désespérée, sur le point d’abandonner, ça donne encore plus de
force à la réponse de Shizuku qui souhaite à son tour être présente pour
elle et lui apporter un réconfort qu’elle seule pour donner. J’ai ainsi
trouvé original de les voir continuer leurs échanges autour des écrits
de Shizuku, un mélange de volonté de celle-ci et de réponse aux désirs
cachés de Kaori pour l’accompagner dans ce drame. Cela offre une belle
respiration, nécessaire, dans ce moment pesant et douloureux.

Cela donne naissance à de forts jolis
moments de complicité entre les deux jeunes femmes, des moments
peut-être encore plus puissants, car plus honnêtes. Et j’ai trouvé
judicieux de faire basculer le rapport de force, offrant la possibilité à
Shizu de sauver quelqu’un à son tour, ici par ses écrits, ce qui est
encore plus fort, mais aussi par ses actes, même si c’est Kaori qui
téléguide tout ça et qu’on sent bien qu’elle ne le fait pas réellement à
son profit. Grâce à cela, Shizuku continue son chemin pour sortir de la
dépression et Kaori bénéficie pleinement de la nouvelle Shizu. Le
moment qu’elle va passer à la montagne étant un peu magique pour voir
son évolution sous le regard de sa soeur.

En bref

L’autrice fait donc à nouveau preuve de la même finesse dont elle avait fait preuve sur la question du harcèlement, mais cette fois sur la maladie. Elle parvient à tisser une jolie histoire, touchante et émouvante, avec du pathos mais aussi de l’espoir et de la résilience, voir du don de soi. On aime voir Shizuku se transformer grâce à Kaori et tenter à son tour d’être celle qui sauvera l’autre. Une jolie forme de rédemption pour cette ancienne harceleuse repentie.

7
Notre été éphémère
Positif

Un traitement de la maladie aussi réussi que sur la question du harcèlement

Du drame mais pas trop

Un joli portrait d'une Shizuku en train de changer et devenir une sauveuse

Un bel épisode à la montagne

Negatif

Une trame assez classique dans l'ensemble

Le sujet de la maladie qui ne plaira pas à tout le monde

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1694)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire