Critique Manga Badducks #4

8
Badducks

par Tampopo24 le mer. 28 févr. 2024 Staff

Une famille au poil !

Voilà une série qui peut sembler anodine avec son look très pop et pulp, un peu à la Mad Max. Pourtant depuis ce dernier on devrait savoir que ça peut cacher de petits bijoux, c’est effectivement le cas ici !

Final d’une série que j’aurais apprécié
de bout en bout, Toryumon Takeda nous offre le dernier galop de cette
famille si attachante dont on a suivi les aventures depuis 4 tomes.
C’est fun, c’est pop, c’est punchy et c’est émouvant paradoxalement, car
derrière cet habillage très Bonnie & Clyde, il y a une
grande sensibilité qui vient ajouter un vernis supplémentaire à cette
oeuvre divertissante mais coup de poing, transposant dans un univers de
SF x Fantasy les problèmes de cartels de la drogue + prostitution.
Excellent !

Le final, contrairement à d’autres, a
tenu toutes ses promesses. Dans un énième défi avec les anciens patrons
de Lisa, notre famille va devoir se battre pour sa liberté et le droit
juste d’avoir une vie paisible ensemble. L’intrigue est assez classique
en soi avec un piège qu’on voit venir de loin, l’autrice ne cherchant
pas à le cacher, mais ça reste hyper prenant à suivre car mis en scène
avec brio et causticité derrière le côté assez âpre et dangereux de
cette lutte. On s’amuse de voir nos pieds nickelés piégés aussi
facilement des deux côtés avec des plans, ma foi, fort simples et qui
pourtant portent leurs fruits. Je crois que c’est justement ce qui en
fait la saveur ici.

Et en même temps derrière cela se cache
une action très bien menée, omniprésente, qui flirte entre punch et
émotion, portée par un trait très pulp que j’ai adoré ! Je suis fan des
dynamiques imaginées et mises en scène par l’autrice, c’est très jazzy
et rétro tout ça, chacun se fait confiance, chacun a ainsi son solo où
il peut exploiter son talent et ce dans un seul but : aider ceux qu’il
aime. C’est ainsi touchant tout plein de voir le sens du sacrifice de
chacun mais aussi sa hargne de vaincre et sauver les autres pour avoir
cette petite vie dont ils rêvent. On se retrouve du coup, derrière la
façade très divertissante du titre, avec une belle profondeur
psychologique chez ses personnages incarnant les pauvres bougres de
notre société exploités toujours par les plus forts mais qui se
révoltent et dézinguent tout !

Quelle émotion furent donc les derniers
rebondissements de cette intrigue sans cesse sur le qui-vive. J’ai aimé
les voir passer à l’action, autant que j’ai aimé leurs grandes
déclarations d’attachement réciproques les uns aux autres et l’aide
qu’ils trouvent aussi chez les amis que leurs pérégrinations ont mis sur
leur chemin. C’est une très belle leçon de vie et de lutte pour ne
jamais renoncer. Les personnages de Lisa, Morgan et Buz sont vraiment
marquant, l’autrice les ayant travaillés jusqu’à la dernière planche, la
dernière image, la dernière ligne. Entre humour et tendre, entre vie de
saltimbanques-voyous, nos héros ont développé une famille de coeur à
laquelle je n’ai pu que succomber, et chapeau à l’autrice d’avoir inséré
cela dans une telle intrigue.

En bref

Là où des auteurs n’arrivent pas à boucler une intrigue sur 4 tomes, là où certains restent en surface et se reposent trop sur leur concept, Toryumon Takeda a réussi le pari de réussir tout cela. Ce final est à la fois percutant, explosif et plein d’émotion. On y retrouve de l’action et de la réflexion. Il est aussi beau, avec sa mise en scène punchy rétro, que touchant, avec les au revoir à cette famille de coeur. J’ai été conquise par son travail et je suis ravie de prochainement la retrouver chez l’éditeur avec DOGA of the Great Arch.

8
Badducks
Positif

Un final parfait !

Une saga punchy, rétro, jazzy, émouvante et percutante

Une revisite SF x Fantasy de l'univers de la mafia drogue + prostitution

De l'action percutant sous un trait beau et original

Une narration prenante

Une famille atypique touchante et développée jusqu'au bout

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1634)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire