Critique Manga The Blue Flowers and The Ceramic Forest #1

8
The Blue Flowers and The Ceramic Forest

par Tampopo24 le sam. 24 févr. 2024 Staff

Mélancoliques céramiques

Mangetsu crée la surprise en publiant ici non seulement un josei, lui dont le directeur éditorial semblait peu friand de lecture au féminin à ses débuts, et en signant en plus le retour de Yuki Kodama que les fans de shojos plus matures regrettaient grandement. Ce fut un pari largement gagnant pour moi.

J'ai autrefois eu la chance, dans les années 2010, de lire Kids on the slope, la série phare de l'autrice. Elle avait fait souffler un vent de fraicheur avec son trait très épuré, son histoire en apparence simple et ses émotions pourtant à fleur de peau. Cela avait été une très belle incursion dans son univers et surtout son interprétation de ce Japon si jazzy et rock'n'roll des années 60-70. Depuis lors, silence radio chez nous, alors qu'elle continue à publier chez elle dans le célèbre et qualitatif magazine Flowers, c'est donc avec un plaisir certain que je l'ai retrouvée ici.

J'ai vraiment apprécié de retrouver sa touche. C'est-à-dire une histoire en apparence très simple mais cache en fait une belle profondeur psychologique. Cette fois, pas de lycéen, pas de musique, des personnages plus âgés, proches de la trentaine et une autre passion : la poterie, la céramique. Ça tombe bien, je ne demande qu'à découvrir cet univers et je suis ravie de le faire avec des personnages plus proches de moi en âge ! Car en effet, dans le panorama du shojo en France, il y a quand même assez peu de titres avec des personnages au-delà de la vingtaine et je suis ravie de voir peu à peu les choses changer.

Ici, nous allons à la rencontre des membres d'un atelier de poterie dans une ville célèbre pour cela. Un jour, un nouveau venu arrive et bouleverse un peu leur équilibre, surtout celui d'Aoko, passionnée par la peinture sur céramique. D'emblée on sent l'autrice nous proposer une petite romance comme elle en a le secret, avec ici le célèbre trope du ennemis to lovers que nous sommes beaucoup à chérir. Nous suivons donc avec amusement les échanges tendus entre Tatsuki, fraîchement débarqué de Finlande et passionné de céramique blanche et uniquement blanche, et Aoko, qui elle est une militante de la peinture sur ces jolis objets. Cela ne peut faire que des étincelles. 

Mais le talent de Yuki Kodama est de proposer, derrière ce schéma narratif assez classique, une histoire toute en nuances. Elle dévoile déjà dans ce premier volume un protagoniste qui n'est pas dépourvu de saveur, avec un Tatsuki qui semble avoir certains traumas, expliquant et son retour et son caractère un peu lointain et taciturne. Aoko, elle, nous livre avec enthousiasme sa passion et fait montre d'une imagination des plus fertiles dès qu'elle touche les oeuvres du jeune homme. Cela ne peut que donner lieu à une très belle rencontre entre eux qu'on a forcément envie de vite se déployer sous nous yeux. 

Cependant l'autrice gère à merveille sa narration. Elle nous offre ici à la fois poésie, émotion, tendre humour et mystère. Elle sait nous faire patienter et miroiter une suite plus piquante et émouvante encore. Elle manie avec brio le verbe et crée des situations d'échange à mettre des étoiles dans nos yeux, qu'il s'agisse de poterie ou de sentiments. On frétille d'avance. Surtout que son dessin, toujours aussi simple et épuré, se livre parfois à de belles envolées lyrique lui aussi et qu'on est éblouis par la pureté des lignes du travail de Tatsuki et la luxuriance de la nature des motifs d'Aoko. Un très beau mélange.

En bref

Vous l'aurez compris, je suis totalement conquise par le premier tome de ce qui semble se présenter comme une belle et mélancolique comédie romantique adulte via le prisme de la céramique d'art. Le retour de Yuki Kodama est ainsi une belle surprise et une franche réussite, car c'est une autrice qui sait me faire rêver malgré sa simplicité. Nulle doute que cette nouvelle série ira aussi droit à mon coeur comme sa précédente. D'ailleurs une petite réédition, ce ne serait pas mal, non ?

8
The Blue Flowers and The Ceramic Forest
Positif

Une comédie romantique adulte

Une ambiance mélancolique et poétique

Une narration sobre et maîtrisée

Un bon mélange de romance, d'humour et de trauma

Des mystères donnant envie de vite lire la suite

L'originalité de l'univers de la céramique

Negatif

Un tome un peu cher surtout sans page couleur...

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1634)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire