Critique Manga Chocolate Vampire #16

7
Chocolate Vampire

par Tampopo24 le lun. 12 févr. 2024 Staff

Nekketsu version shojo

Shojo d’aventure vampirique tout
venant certes, mais shojo d’aventure vampirique parfaitement calibré.
Les amateurs d’action, de romance dramatique, de petites scènes
légèrement épicées et de grandes déclarations seront conquis ici.

A défaut d’avoir de la profondeur et de
l’originalité, Kyoko Kumagai sait répondre aux attentes de ses lecteurs.
Il faut dire que les lecteurs du Sho-Comi, magazine de
prépublication japonais de la série, aiment les histoires gentiment sexy
et coquines comme celle-ci et celles de son autrice fan Go Ikeyamada.
Ce ne sont pas des modèles d’émancipation de la femme ou d’histoire
d’amour recherchées mais elles ont toujours une belle efficacité pour
émoustiller les jeunes coeurs candides.

Dans ce tome, on est donc servis. Avec un
Setsu gravement blessé, Chiyo et ses étranges pouvoirs de Dhampire
encore forts mal connus sont les seuls à pouvoir le sauver. Alors tandis
que tout le monde se bat, ce qu’on ne voit guère (snif), place à une
intense scène de sauvetage aux allures dramatico-sexy, qui va prendre
les 3/4 du volume. Les amateurs du genre vont se régaler, ça se veut
poignant, dramatique, affriolant aussi et chaud comme la braise, pour un
public adolescent, bien sûr ! L’autrice sait y faire dans sa mise en
scène et son suspense. Les héros y dévoilent l’intensité de leurs
sentiments, tout comme Chiyo y révèle la profondeur et la nouveauté de
ses pouvoirs, dans une belle métaphore « soft » d’une relation charnelle
non consommée mais bien près de l’être.

Le point à retenir pour la mythologie de
l’histoire, c’est ce double pacte passé des plus intéressants qui, en
reprenant des codes du shonen, va permettre à Setsu de se dépasser et de
se transcender, allant bien plus loin que ce dont il était capable
avant. On est à fond dans le nekketsu sauf que la motivation, ce n’est
pas le dépasser de soi pour le sport et le don de soi, mais la puissance
de l’amour et des sentiments xD Du nekketsu à la sauce shojo romantique
en quelque sorte ! L’autrice se fait plaisir dans une mise en scène
gothico-romantique très XIXe siècle avec sa longue scène en haut d’une
tour, loin isolés de tous, mais la réalité les rattrape bien vite.

Le tome se conclut donc par une sorte de
retour au point de départ avec affrontement de chaque camp. Le bonus :
les pouvoirs de Setsu et Chiyo sont désormais plus conséquents pour
équilibrer les choses, mais rien n’est fait, tout est à faire et il
reste encore 2 tomes pour cela. Ça promet un tome 17 riche de combats et
peut-être de nouvelles révélations comme on vient d’en avoir sur la
source de la cheffe des Sumeragi, mais je ne doute pas que l’autrice
saura à nouveau nous passionner pour cela, avec intensité, romance et
même touche d’humour, comme elle sait le faire.

En bref

Alors que la conclusion est au bout du chemin, Kyoko Kumagai s’offre ici une pause romantique dramatique pour mieux métamorphoser ses héros et nous offrir sa propre interprétation des moments de transcendance des shonens mais sous le coup du pouvoir de l’amour. C’est classique, divertissant et ça se veut intensément romantique pour les amateurs du genre. C’est un peu trop calibré et lisse pour moi mais ça fait parfaitement le job.

7
Chocolate Vampire
Positif

Une narration rondement menée

Un huis clos dramatico-romantique efficace

De nouveaux pouvoirs

Un duo / couple renforcé

Un divertissement efficace

Negatif

Une écriture de la romance classique et avec une position de la femme problématique

Une action superficiellement écrite

Un récit globalement avec peu de profondeur

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1637)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire