Critique Manga Les Vestiges d'un Parfum #2

5
Les Vestiges d'un Parfum

par Tampopo24 le lun. 18 déc. 2023 Staff

Drame familial +++

Second volet mettant une conclusion à la triste histoire de Takezo et Shinobu, deux frères en pleine relation incestueuse, dont l'autrice se sert pour porter au sommet son art de la dramaturgie. C'est un peu plus acceptable que le tome 1 mais toxicité il y a toujours et ce ne sera pas une duologie que je retiendrai.

Si j'apprécie toujours autant le sens de la mise en scène de l'autrice avec sa maestria graphique à laquelle elle nous a habitués, je ne peux pas en dire autant de l'histoire, bien que celle-ci s'améliore ici. Il y a moins de triggers warning, du moins celui qui me dérangeait le plus a quasiment disparu, ouf. Mais il reste de nombreux points dérangeants qu'elle utilise trop comme support à l'émoustillement. 

Avec le même brio qu'on lui connaît, elle passe ce tome à faire monter le drame entre les deux frères, héros de cette histoire. Cependant, elle se repose moins sur le côté malsain de cette relation et bascule plus du côté des émotions des personnages, de leur mal être, de leur solitude, de leurs sentiments refoulés et du tabou vis-à-vis de la société. Je préfère, c'est plus fin. Son dessin retrouve ainsi sa force et s'associe mieux à l'histoire. 

Cependant, cela reste malsain. Cette fois, ce n'est plus le fils mais la femme qui vient mettre son grain de sel et semer la zizanie, créant les situations problématiques de ce tome par les révélations qu'elle va connaître et mettre à jour. C'est elle qui fait monter le drame et fait basculer le récit, poussant les héros vers encore plus de drame, atteignant une apothéose dans la métaphore aveugle de leurs ébats tabous. Elle associe donc beauté et malaise dans cet ultime opus avec une dramaturgie certaine mais moins d'éléments problématiques intrinsèques, ce sont plus le regard des autres et de leur famille qui est en jeu. 

Les scènes de sexe, elles, sont toujours aussi nombreuses et ont toujours ce côté cru mais également assez répétitif que je leur reprochais. Cependant, c'est dans leurs interstices aussi que nait la puissance du message graphique de l'autrice avec tous ces fluides qui exultent. Il y a réellement de la beauté derrière ces abats si tristes, mais c'est à réserver aux lecteurs avertis. 

En bref

Suite et fin d'une Dark Romance qui m'aura bien ébranlée, tant que je ne pensais l'autrice aussi borderline. Ce second volet est moins malaisant que le premier même s'il continue à toucher de près à des tabous de nos sociétés. Cependant, l'autrice jongle mieux entre ces thèmes chocs et ce drame qu'elle veut porter aux nues sous son brillant dessin. Je termine donc cette duologie sur une note plus positive avec une représentation de drame humain plus belle et sensible que précédemment et c'est ce qui compte.

5
Les Vestiges d'un Parfum
Positif

Un tome moins malsain

Des dessins encore sublimes et peut-être plus encore dans la représentation du drame

Des personnages difficilement attachants qu'on parvient enfin un peu à apprécier

Negatif

Des tabous qui parfois devraient le rester

Une tendance dérangeante à rendre sexy ce qui ne devrait pas l'être

Des scènes de sexe répétitives

Un chapitre bonus sur le fils de Shinobu qui a un goût de trop peu

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (1672)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire