Critique Manga Blue Lock #16

7
Blue Lock

par juju le jeu. 30 nov. 2023 Staff

L'entrée en scène de Shôei Barô

Résumé : Suite aux attaques impétueuses de la sélection japonaise u-20 centrées sur Sae Itoshi et Ryûsei Shidô en état de grâce, le Blue Lock décide d’abattre son dernier atout, Shôei Barô. Le match prend des allures de combat à mort, au-delà des stratégies et des calculs. Les deux équipes se donnent à fond sur le champ de bataille, et chaque joueur tente d’atteindre l’état de grâce pour donner une nouvelle dimension au football japonais ! Isagi et ses coéquipiers vont-ils parvenir à s’offrir un avenir flamboyant au cours de cette seconde période extrêmement tendue ?!

Blue Lock c’est sympa, hyper spectaculaire, j’aime beaucoup mais là, ce match contre les U-20 commence à me sortir par les yeux, démarré depuis le tome 14 et 3 tomes plus tard il n’est toujours pas fini.

Bon je râle mais c’est quand même prenant et bien écrit. C’est juste un peu trop long, je languis de voir le prochain arc narrratif. J’ai notamment bien aimé le numéro de Shôei Barô, un joueur à l’égo surdimensionné mais du collectif se met petit en place autour de lui. Il offre des actions d’une rare intensité, son action et cette double page sont somptueuses.

Si le match d’une des plombes c’est parce que les auteurs prennent aussi le temps de développer leur personnage et nous offre par moment des histoires plus personnelles avec la jeunesse de certains d’entre eux. D’ailleurs si vous n’avez pa encore lu, je vous conseille fortement le spin off sur Nagi qui est vraiment très intéressant.

En bref

3ème tome sur le match contre les U20, ça devient un peu long mais heureusement les auteurs réussissent encore à nous tenir en haleine en gardant le suspense au maximum. Développement de certains personnages et actions très intenses sont au rendez-vous

7
Blue Lock
Positif

Flash back de certains personnages

Shôei Barô

Negatif

3 tomes sur un seul match, ça devient un peu long

juju Suivre juju Toutes ses critiques (859)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire