Critique Manga Pour Le Pire #4

8
Pour Le Pire

par Auray le mar. 14 déc. 2021 Staff

La deuxième audience

Si vous aimez les histoires d'amour à l'eau de rose, vous vous trompez de manga! Arata est loin de l'image que l'on peut se faire du prince charmant ! Bon, il faut dire que sa femme, Shinju, est peut-être une meurtrière. Elle réussit en tout cas à semer le doute sur ce statut dans le cœur de tous, et rien que pour ça, elle est très forte ! Elle va nous le démontrer, encore une fois, dans ce quatrième tome, de la série, « pour le pire ».

On peut dire « sa femme » à présent, si vous avez remarqué, car, dans le tome précédent, l'évènement a été très remarqué. Pour autant, un autre met Shinju en porte à faux aujourd'hui, et va mener à un papier donnant la possibilité de rompre ses liens sacrés. Mais, n'est-ce pas encore une autre épreuve pour voir la teneur réelle des sentiments de son jeune mari ? Celui-ci fait style de tout maîtriser, est-ce encore le cas ? Des sentiments amoureux ne sont-ils pas en train de véritablement naître malgré lui ?

L'expérience de lecteur est à son paroxysme ! On se pose vraiment tout le long de la lecture des questions, comme notre employé d'aide au service à l'enfance et son équipe. Ce premier s'envenime de plus en plus dans cette relation, plus que bizarre, à travers une vitre en plexiglas de la fameuse prison. Pas le temps d'avoir de vraies réponses, la deuxième audience arrive à grands pas, et Shinju n'a jamais été aussi à son avantage, tant physiquement, que psychologiquement. Elle va en profiter pour divulguer quelques bribes de son histoire. Seul Arata pourra démêler le vrai du faux, au final.

Si on enlevait les dessins de Taro Nogizaka (Team Medical Dragon), ce tome serait, encore une fois, moins prenant. Les visages tordus ou esthétiques se côtoient pour mieux nous inspirer le dégoût ou la sympathie. Celui plus sérieux, comme celui du juge, est très bien confectionné également.

Pour le pire est une série agréable à suivre, car, on n'attend pas longtemps pour de nouveau plonger dans les noirceurs de l'âme humaine. On peut regretter de ne jamais vraiment lire une vérité complète, toutefois, on sait qu'elle se cache entre les lignes de dialogues de l'ancienne petite fille si affamée. Les personnages secondaires comme Momo ou le juge tirent aujourd'hui leurs épingles du jeu. On pourrait même rajouter le patron du service social, ou ce fétichiste des objets ayant appartenu à des meurtriers. Un manga donc, à ne pas remettre entre toutes les mains, pour autant, les fans de films à la Seven de David Fincher seront aux anges !

En bref

« J'ai l'impression que c'est un génie... pour s'immiscer... dans le cœur des gens.»

8
Pour Le Pire
Positif

Les différents rendus signé Taro Nogizaka

Shinju, de plus en plus manipulatrice

Arata qui se trouve dans une énorme fange

Les personnages secondaires ont un vrai rôle

Negatif

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (936)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire