8
Ze

par Sherryn le sam. 15 déc. 2012 Staff

Et voilà déjà le dernier tome de Ze. On continue avec l'histoire de Waki, le père des kami. D'une certaine façon, ce manga s'achève d'une façon aussi abrupte que Love Mode, la précédente série de l'auteur, et pourtant ce retour aux origines dans la partie finale, qui nous montre la naissance du clan des maîtres kotodama, relève quelque part d'une grande cohérence. La boucle est bouclée, tout ce qu'il y avait à dire, tout ce qui devait être dit, l'a été.

Une fois de plus c'est un tome très réussi pour cette série dont les volumes auront su se montrer variés, parfois touchants, parfois durs, parfois pleins d'espoir, parfois tragiques, mais toujours profondément humains. La conclusion de ce récit ne fait pas exception à la règle, et comme souvent dans les shôjo (ou dans les yaoi), ce sont les sentiments et l'amour qui sont à la base des drames.

La narration, exemplaire, possède une grande force évocatrice et permet de rendre la lecture très prenante. On a en permanence un noeud à la gorge en tournant les pages. Quand les dernières pages s'annoncent et que l'on retrouve Waki au présent, on s'aperçoit que l'on a un peu mieux compris ce personnages qui était resté mystérieux tout au long de la série : on cerne mieux son amertume, son côté aigri. Rien n'est gratuit et tout a une cause.

Avec Ze, Yuki Shimizu a dressé un yaoi superbe, aux pairings multiples, où les personnages et les types d'histoires présentent une infinité de profils. Ce yaoi est à posséder absolument pour toute fujoshi.

En bref

8
Ze
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire