Critique Manga Lost Children #9

8
Lost Children

par Tampopo24 le sam. 2 juil. 2022 Staff

Alerte générale !

Depuis le début, je salue le travail de Tomomi Sumiyama sur cette oeuvre de politique x religion fiction. Elle atteint l'un de ses climax ici avec une mise sous tension à couper le souffle grâce à une attaque en règle générale ultra dense et rythmée !

Ayant percé le secret des Alhuma, le lecteur se doutait de ce qui allait leur advenir. Le jonction ainsi entre leur religion, les expériences menée par l'armée d'Etat et la révolte menée par le groupe rebelle Dakhna ne pouvait qu'avoir lieu très rapidement. C'est le cas ici et c'est explosif.

Alors que le danger est imminent, l'autrice montre les mécanismes de défense de l'ensemble des camps : l'attaque inconsidérée pour l'un, la folie religieuse pour l'autre et la défense à tout prix de ce qui compte pour nous pour les autres. Cela donne un tome poignant où la violence aveugle déchire les regards aussi bien que les corps.

La mise en scène de l'autrice est assez spectaculaire. Elle dessine cette guérilla, non urbaine, mais en plein paysage naturel de manière saisissante. On s'y croirait presque. Elle alterne entre beaux moments héroïques portés par des figures clés de l'histoire et moments sales, violents et bordéliques où tout explose, tout se déchire, tout tombe. C'est la mort qui est là.

Et tout ça pour quoi ? La vacuité de ce qui se passe nous apparaît également lors de rares moments de confrontation entre ceux qui ont une foi aveugle, en la religion, en la science, en l'Etat ou en leurs proches même, et se voient abandonnés. Le message est rude. L'espoir existe cependant dans cette résistance organisée au début avec trois bouts de ficelle mais qui finit par porter ses fruits grâce à un courage indéniable. Ainsi une figure comme Harui est transfigurée ici et Ran montre tout son potentiel. Ce sont de vrais leader, pas forcément beaux mais douloureux, douloureux dans leur façon unique, chacun, de mener leurs hommes et leur combat.

En bref

Avec ce tome centré sur une guerre inévitable, l'autrice continue de nous montrer l'absurdité de certains mouvements initiés par les hommes, cette impossibilité de retour en arrière quand on est allé aussi loin dans la volonté de détruire l'autre. C'est puissant, c'est actuel et ça fait froid dans le dos. Mais c'est aussi un très beau moment de BD car la mise en scène de l'autrice est vraiment impactante et quand on découvre ses illustrations bonus, en prime, à la fin, on rêve de la voir également utiliser de la couleur autre que le noir & blanc. Nul doute que le résultat serait tout aussi entêtant. Une oeuvre discrète mais pourtant très puissante.

8
Lost Children
Positif

Une oeuvre d'actualité

Une mise en scène impactante

Des héros qui se révèlent dans l'adversité

Une guerre sale, meurtrière, absurde et donc déchirante

Une critique de la foi sous toute ses formes vraiment intéressante

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (831)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire