5
Green Worldz

par Niwo le jeu. 20 avril 2017 Staff

Je n'ai pas du tout été convaincu par le premier tome de Green Worldz, mais je dois avouer que ce deuxième tome m'a plutôt plu. On est encore loin d'un scénario de folie avec des personnages super intéressants, mais on sent que la tournure est un peu moins prévisible et qu'Akira commence à devenir malsain, ce qui est appréciable.


Déjà, l'auteur prend un peu plus le temps de poser son histoire. On sait un peu mieux où on va et comment ça peut évoluer par la suite. Et on a un peu plus d'informations sur les personnages et sur le monde qui les entoure. On « étouffe » moins car durant tout le tome, les actions se déroulaient à la surface et non en profondeur. J'ai tout de même encore un petit peu de mal à adhérer à l'histoire et à la tournure que prennent les événements.


Déjà, le personnage principal, Akira, se montre encore plus égoïste, à tel point que ça tourne au malsain. Ça ne me déplaît pas étant donné que je suis quelque peu sadique sur les bords. Mais j'ai peur qu'il devienne encore plus cliché alors que le but de l'auteur est sûrement de rendre son personnage un peu plus original. Même si d'un autre côté, son comportement est assez réaliste, car n'importe qui, dans ce genre de situation, finirait par devenir égoïste pour sauver sa peau, quitte à sacrifier la vie d'autres personnes. De ce fait, j'ai plutôt bien aimé ce retournement de situation. Et la suite n'est pas trop mal, bien que très prévisible.


Déjà, Akira se retrouve embarqué dans une maison avec un enfant complètement dingue lorsqu'il est séparé du groupe. Sauf que cet enfant le prend pour sa sœur et a tué tous ceux qui sont passés par là avant Akira. Je trouvais que ça avait du potentiel, si seulement ça avait duré un peu plus longtemps. On a à peine le temps de sentir la tension que peut éprouver Akira qu'il est déjà démasqué, en train de s'enfuir pour survivre face à ce psychopathe qui ne désire qu'une chose : le tuer. Et c'est à ce moment-là qu'Akira va passer du côté obscur. Pour survivre, il va piéger le petit blondinet en l'utilisant comme proie pour la mante religieuse et ainsi, échapper à ses deux prédateurs. C'est vraiment dommage que ce fut aussi précipité, car si l'auteur avait pris le temps de développer cette partie, ça aurait vraiment pu être un tome agréable, même s'il n'aurait pas réellement servi à faire avancer l'histoire. Car du coup, j'ai l'impression qu'une fois de plus, cette scène était là uniquement pour justifier la boucherie humaine qui domine dans cette série jusqu'à maintenant.


Et pour la suite, il m'est difficile de me prononcer puisque c'est, en quelque sorte, une intro pour les événements qui se dérouleront dans le troisième tome. Mais on apprend qu'il y a d'autres humains en vie, qui ont même une sorte de QG pour se protéger, avec des vivres, des lits pour dormir, des bains ainsi que des armes pour se battre. Bonne stratégie de l'auteur pour inclure de nouveaux éléments à son histoire, puisque avec tous ceux qui meurent, il faut bien ça... Il y a tout de même un fait qui a attiré mon attention : On découvre un mystérieux antagoniste qui semble manipuler les insectes et qui devrait tenter d'anéantir le QG d'ici le prochain tome. Qui il est, ce qu'il cherche ou encore comment il y est parvenu, nous est inconnu mais je dois dire que ça m'intrigue suffisamment pour avoir envie de lire la suite.

En bref

Je suis plutôt mitigé pour ce deuxième tome. Au-dessus du premier, il ne va tout de même pas suffisamment loin pour dépasser la moyenne. Il y a quelques bons éléments qui se démarquent mais ça reste trop classique pour que j'adhère totalement à l'histoire. J'attends que cette série arrive à se détacher des classiques qu'on peut voir au niveau des post-apocalyptiques pour la recommander.

5
Green Worldz
Niwo Suivre Niwo Toutes ses critiques (393)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire