5
Me, myself & him

par snoopy le sam. 8 oct. 2016 Staff

Prenant une direction plus conventionnelle d’un point de vue scénaristique et s’éloignant sensiblement des bons délires du début, le deuxième tome fut une petite déception. On espère tout de même que l’auteure parviendra à mettre un joli point final à sa série même si l’entrée en scène d’un nouveau personnage est assez déroutante. Ajouté à cela les recherches pour résoudre le problème d’inversion qui n’avancent pas, cela me semble tout de même un peu beaucoup pour cet ultime tome.

En écrivant une lettre à sa mère dans laquelle Choko lui annonce avoir trouvé un petit ami, nos deux jumeaux étaient loin de se douter de ce qui allait leur tomber sur la tête. Leurs relations compliquées avec Tsukiyono et le problème d’inversion toujours pas résolu, la situation se complique de nouveau avec l’arrivée d’un fiancé choisi par leur mère. Les jumeaux parviendront-ils à résoudre leurs problèmes ?

A la lecture de ce troisième opus, on constate malheureusement que les bons délires du début ne sont plus qu’un lointain souvenir. En effet, le récit avait déjà perdu de son grain de folie durant le deuxième tome qui aurait pu se montrer très original si Tsukiyono avait également intervertis son corps avec celui des jumeaux mais cette suite devient très clichée avec l’arrivée du fiancé. C’est un personnage qu’on retrouve souvent dans les comédies sentimentales et dont le rôle est souvent limité à mettre des bâtons dans les roues d’un jeune couple ; Subaru n’échappe malheureusement pas à cette règle. Son entrée en scène est d’ailleurs assez théâtrale et son petit côté excentrique aurait pu être intéressant mais l’auteure n’a pas eu le temps de développer ce personnage. Le coup du fiancé imposé n’apporte finalement pas grand-chose au récit et sert plus de prétexte pour rendre jaloux Tsukiyono ; bref, c’est toujours les même scènes qui s’offrent à nous et qui commencent à devenir réellement lassantes.

Il est sûr qu’on aurait préféré que l’auteure se concentre davantage à la résolution du problème d’inversion plutôt que de s’éparpiller de cette façon. Ce qui aurait été d’une part beaucoup plus drôle et d’autre part aurait laissé le temps aux différents personnages de réagir une fois la solution à leur problème trouvée. La suite est donc assez prévisible mais on déplorera surtout le fait que l’auteure ne laisse pas le temps ni aux lecteurs ni aux différents personnages de se remettre de leur mésaventure et d’en tirer les conclusions. C’est d’autant plus flagrant avec Tsukiyono qui va se mettre à changer d’avis en à peine une page avec une mise en scène des plus clichée et des plus théâtrale. Tout s’enchaîne beaucoup trop vite et la remise en question des sentiments des différents personnages est juste mais trop vite expédiée. Il y a donc de quoi être vraiment déçu par cette fin même si l’auteure apporte une conclusion plus ou moins logique à son récit. A noter que le personnage de Joricho est plus présent dans ce tome et ses interventions sont toujours aussi drôle.

Un dernier tome vraiment décevant, l’entrée en scène d’un nouveau personnage vient alourdir inutilement le récit et donne lieu à de nombreuses scènes déjà-vu. Du coup, les événements s’enchaînent à grande vitesse et les réactions des différents personnages perdent de leurs crédibilités. On regrette réellement que l’auteure n’ait pas assumé ses délires jusqu’au bout mais la série offre tout de même un divertissement correct même si la conclusion est loin d’être satisfaisante et à des années lumières de l’état d’esprit du début. Dommage.

En bref

Un dernier tome vraiment décevant, l’entrée en scène d’un nouveau personnage vient alourdir inutilement le récit et donne lieu à de nombreuses scènes déjà-vu. Du coup, les événements s’enchaînent à grande vitesse et les réactions des différents personnages perdent de leurs crédibilités. On regrette réellement que l’auteure n’ait pas assumé ses délires jusqu’au bout mais la série offre tout de même un divertissement correct même si la conclusion est loin d’être satisfaisante et à des années lumières de l’état d’esprit du début. Dommage.

5
Me, myself & him
snoopy Suivre snoopy Toutes ses critiques (485)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire