6
6000

par Lelouch le sam. 11 juil. 2015 Staff

Plongé à plus de 6000 mètres sous les eaux entre le Chine et le Japon, la station Cofdeece a été le théâtre d’une histoire macabre… Alors que la compagnie propriétaire cherche à ré-ouvrir ce lieu, Kengo Kadokura découvre petit à petit la monstruosité de l’histoire passée dans ce monde à part. Entre une panne mystérieuse, des ombres terrifiantes et une découverte surprenante, « 6000 » tient en haleine le lecteur…

Dans ce huis-clos sous-marin, l’ambiance est morbide. A chaque fois que l’on espère une sortie de crise, une nouvelle tragédie vient se mettre en travers de la route du jeune ingénieur Kengo Kadokura. Nous, lecteurs, sommes relativement ignorants. On suit Kengo dans ses découvertes plus angoissantes les unes que les autres sans trop savoir si on ne va pas croiser le chemin d’un cadavre. Le jeu des personnages vient renforcer l’isolement de l’ingénieur et donc le nôtre, avec une certaine individualité. Chacun suit sa propre logique.

La construction de ce deuxième volume est assez maline. Si le début du volume vient apporter une finalité au suspense du premier, très vite l’angoisse retombe, laissant apercevoir une sortie de crise, mais c’est sans compter sur un retour en force des phénomènes étranges… Mais, l’histoire se poursuit dans cette ambiance grise. Les graphismes restent égaux à eux-mêmes : un peu flou, gris et parfois imprécis. Mais, ça n’empêche pas de ressentir le poids du suspense dans la lecture, mais ça reste un point de blocage.

Après une mise en place efficace mais avec quelques problèmes de genre et de personnages, ce deuxième volume vient renforcer l’angoisse du premier, sans pour autant résoudre les points noirs. Mais, la lecture reste fluide et l’ensemble se tient.

En bref

6
6000
Lelouch Suivre Lelouch Toutes ses critiques (279)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire