8
Kid I Luck

par Lelouch le lun. 1 juin 2015 Staff

« Kid I Luck » agréable surprise par son genre et sa forme avait suscité de la curiosité de ma part pour comprendre un manga basé sur des gags et sur une triste histoire. Voici le dernier volume, le troisième seulement… Entre le but de Kinjiro de faire rire Kuriko, et les différentes intrigues qui tournent autour, ce tome s’annonce dense, complet et surtout complexe !

Dense, c’est sans doute le mot qui caractérise le mieux ce dernier volume. L’histoire lancée par le deuxième tome autour de l’identité des agresseurs et surtout du commanditaire de l’agression de la jeune Kuriko va venir créer des interférences dans le manga à l’intrigue pourtant simple sur le fond. Kinjiro, d’habitude si déterminée, n’ayant pas peur du ridicule, va douter. Douter de lui, mais aussi de son entourage. Pris entre le doute et la concurrence pour le concours du rire, il passe pas loin de la catastrophe. Mais heureusement, il va se relever et se battre, et seulement avec des mots !

Un tome dense, certes, mais qui a le mérite d’être complet. Pas de raccourcis grossier ici, que de l’utile, parfois un peu trop, c’est une montagne d’informations qui doivent être donné au lecteur pour achever l’histoire dans de bonnes conditions, mais au moins tout y est ! La lecture est toujours agréable, mais si elle est moins distrayante que lors des deux premiers volumes ! En effet, il y a moins de place pour les creux, les pauses…

Les dessins suivent le rythme, entre scènes sombres, pour rappeler les mauvais souvenirs, et moment clair pour accentuer les gags de Kinjiro, on assiste à une alternance d’ambiance judicieusement choisie pour donner un certain corps à l’histoire.

Bref, en quelques mots, ce tome est plus complexe, plus complet, plus dense, il s’éloigne du « tout gags » pour aller vers un mélange équilibré de noir et de blanc. Les personnages sont sympathiques, comme l’est l’ensemble de ce manga.

En bref

8
Kid I Luck
Lelouch Suivre Lelouch Toutes ses critiques (279)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire