9
Ad Astra

par Sherryn le mar. 4 nov. 2014 Staff

Après un second tome exceptionnel, ce troisième volume d'Ad Astra se montre tout aussi jouissif. Hannibal, qui a montré une fragilité humaine lorsqu'une maladie des marécages lui a coûté un oeil, se retrouve face à un adversaire bien plus redoutable que les précédents : le dictateur romain Fabius qui, conscient de l'infériorité de ses armées par rapport à celles d'Hannibal, décide de se lancer dans une guerre d'usure, sacrifiant sans état d'âme un grand nombre de ses sujets... Attiré dans un piège, Hannibal n'a cependant pas dit son dernier mot, et il compte sur la ruse et le coeur des hommes, facilement empli par la peur, pour s'en sortir...

Cet affrontement se montre tout simplement incroyable ! Tout au long des pages, on est pris par le suspens de ce duel où deux hommes de guerre s'affrontent en se respectant. Au début, Hannibal semble menacé mais on constate vite que le camp romain est divisé. En effet, si le dictateur Fabius se montre un homme intelligent et déterminé, il peine hélas à fédérer ses troupes et à convaincre celles-ci du bien-fondé de son action.

Comme pour le précédent, ce tome montre des personnages extrêmement humains, avec leurs forces et leurs faiblesses. Fabius en particulier, se montre un protagoniste tragique en raison de sa sagacité et de ses incroyables compétences, probablement seules aptes à concurrencer Hannibal, mais hélas affaiblies par le manque de clairvoyance et de confiance de son entourage. Il ne suffit pas, en effet, d'être un homme brillant et déterminé ; encore faut-il convaincre son armée de sa valeur, et la technique de Fabius, pour efficace qu'elle soit, peine trop des fruits immédiats pour lui donner raison en apparence.

Les stratégies et les confrontations psychologiques rendent la lecture très prenante. Cependant, le dessin s'avère lui aussi exceptionnel. Bien sûr, on l'avait déjà remarqué dans les tomes précédents, mais rien à faire : chaque page ne cesse de nous surprendre par la virtuosité graphique, le réalisme (sacrénom, ces visages de vieillards ! Cette page couleur en début de volume, qui ressemble presque à une photo!!) et le souci des détails nous montrant des camps romains à couper le souffle.

Cette série confirme de plus en plus sa valeur. Incontournable !

En bref

9
Ad Astra
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire