6
City Hall

par Sherryn le lun. 3 févr. 2014 Staff

Après une fin d'arc particulièrement riche en action, c'est maintenant le début d'une nouvelle partie, d'où la nécessité de poser de nouvelles bases. De fait, le soufflé retombe d'un bon cran dans ce volume qui est surtout consacré à poser les jalonnements d'une nouvelle aventure.

Après l'arrestation de Black Fowl, et suite à l'impossibilité de distinguer ce dernier de Pierre Vernes dont il a pris l'apparence, la reine Victoria décide de condamner à mort les deux individus. Impossible pour Jules, Arthur et Amelia de rester les bras croisés ! Le compte à rebours est enclenché : il leur faut à tout prix retrouver la description du dangereux papercut avant la date d'exécution.

Les étapes de cette seconde introduction s'échelonnent chapitre après chapitre tandis que les mystères en suspens n'avancent pas d'un poil, l'intrigue préférant nous en servir des autres. L'enquête ne bat pas encore son plein à l'issue de ce tome ; c'est sans doute dans le suivant que la machine sera pleinement lancée. Sans dire qu'on s'ennuie, car l'ambiance est sacrément soignée et c'est un plaisir de suivre nos chers amis au caractère bien trempé dont les répliques fusent tout du long, certaines longueurs sont cependant perceptibles et il est assez frustrant de ne pas en apprendre davantage alors qu'on s'était habitués à des révélations au rythme plus rapide.

De plus, on remarque que le dessin est légèrement moins bon sur certains plans, en ce qui concerne les personnages, et les références historiques sont moins nombreuses qu'avant puisqu'on a désormais fait connaissance de la plupart des protagonistes. Cependant, certaines cases restent des merveilles visuelles, telle la Paris noyée sous les hydrocarbures imaginée par les auteurs, dont les micro-détails s'étalent sur tous les recoins de la page.

Et heureusement, l'univers est toujours au top, et l'univers steampunk rend vraiment très bien. Y voyager constitue une aventure à part entière. La conception de l'ouvrage conserve les mêmes caractéristiques soignées avec les citations d'auteur et les présentation de certains aspects de ce monde, qui permettent de l'approfondir et mieux le comprendre sans non plus perdre du temps au sein de l'histoire elle-même. Tout au plus déplore-t-on l'impression baveuse sur plusieurs pages, mais peut-être ne s'agit-il que de mon exemplaire.

À cet opus plus calme devrait sans doute succéder un tome que l'on espère passionnant, et que l'on attend avec impatience.

En bref

6
City Hall
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire