10
Vinland Saga

par Sherryn le dim. 15 déc. 2013 Staff

Si la seconde partie avait mis quelques tomes avant de trouver son rythme de croisière et de révéler sa valeur en tant que manga profondément humaniste et introspectif, on peut dire que le point culminant est atteint dans ce volume où l'émotion renoue avec l'action.

Avec l'histoire du mari d'Arnéis, qui au passage est du coup mise en avant, Makoto Yukimura nous offre à la fois un récit émouvant et une réflexion sur la condition des esclaves et les conséquences de la guerre, y compris pour ceux qui ne la font pas (les femmes et les enfants qui restent au pays). Le thème est traité avec une dureté et un réalisme touchants, sans exagération.

Thorfinn se sent concerné par ces confidences en raison de son passé de guerrier impitoyable et il devient enfin un peu plus bavard, partageant son ressenti et ses tourments. Il évoque le point de vue des Norrois avec plus de recul et d'objectivité qu'auparavant, ce qui est intéressant et fait réfléchir.

Mais le plus important à retenir concerne probablement le rêve qu'il évoque en passant, qui pourrait être perdu dans un dialogue si on ne se rendait pas compte que sa réalisation donnerait, du coup, tout son sens au titre du manga. Du coup, on va surveiller attentivement toute évolution de l'intrigue dans cette direction, et les retrouvailles avec Leif, dont on ne doute pas qu'elles finiront par avoir lieu un jour ou l'autre.

L'histoire d'Arnéis et de Gardar, qui occupe la majeure partie de ce volume, constitue une sorte de petite intrigue dans l'intrigue générale, qui donne beaucoup de suivi à ce tome en particulier et le dote d'une intensité spécifique, bienvenue dans cette seconde partie globalement plus calme que la première. Les pages sont imprégnées d'un certain suspens et on renoue avec le danger et la confrontation, on revoit même Thorfinn rejouer des poings, le tout dans une mise en scène qui n'a rien perdu de son dynamisme, autant dire que c'est un sacré plaisir !

N'oublions pas les autres personnages : le vieillard et le serpent, qui tous deux ne sont peut-être pas les protagonistes principaux de ce volume, mais le marquent cependant de leur présence. Le vieillard, dont on est ému par l'affaiblissement de plus en plus prononcé, insuffle son point de vue sur l'esclavage et la condition humaine. Quant au serpent, durant son duel avec Thorfinn, on comprend qu'il doit lui aussi avoir sa propre histoire et on se demande si elle sera évoquée bientôt. En tout cas, le soin accordé à leur portrait est digne du traitement fouillé que ce manga accorde en principe à ses personnages.

Le dessin reste quant à lui absolument superbe. Le moindre millimètre cadré de chaque case est soigné, les paysages étant riches de détails et les visages réalistes et maîtrisés. Chaque planche est un régal pour les yeux.

Plus intense que les précédents, bourré de suspens et contenant de l'action, tout en conservant la profondeur humaine et la réflexion qui font l'intérêt de cette seconde partie de Vinland Saga, ce tome s'affiche sans difficulté comme l'un des meilleurs de cette série incontournables.

En bref

10
Vinland Saga
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire