Critique Manga Green Blood #1

8
Green Blood

par Pois0n le mer. 28 août 2013 Staff

Plongée en apnée dans la misère du quartier sans foi ni loin de Five Points, à Manhattan, au 19e siècle, Green Blood emporte en quelques pages le lecteur au coeur de cet univers violent, où corruptions, viols, assassinats et prostitution sont le lot quotidien des habitants.

L'entrée se fait pourtant en relative douceur en suivant les traces de Luke, jeune garçon empli de rêves et de morale, travaillant comme une mule pour ramener quelques sous chez lui; avant que nous ne fassions la connaissance de son frère aîné, Brad, en apparence glandouilleur de service. La réalité est tout autre: une fois Luke endormi, son grand frère endosse l'identité du froid et redoutable Grim Reaper, assassin au service d'un des nombreux gangs ayant fait main basse sur la quartier, après avoir récupéré ses affaires auprès d'Emma, douce demoiselle subsistant comme fille de joie mais loin d'être dénuée de courage ni de caractère.
Ce premier tome nous présente chacun des aspects de la dure non-loi régnant à Five Points, où l'on peut signer l'arrêt de mort d'un homme pour seulement dix dollars, au travers de ces trois personnages chacun bluffants à leur façon. Luke, parvenant à garder des rêves et de l'optimisme dans un monde où il n'y a pas de place pour l'espoir; Brad et ses deux visages diamétralement opposés; Emma, qui s'avère peut-être être la protagoniste la plus surprenante de ce tome.
Tout au plus déplorera t-on un léger manque de charisme de la part de certains personnages, en particulier parmi les victimes de Brad, sur laquelle la narration s'attarde pourtant davantage.

La narration est fluide, sans aucun temps mort, et l'on ne s'ennuie pas une seconde. La mise en scène suit: graphiquement, c'est une véritable claque, avec des décors magnifiques et détaillés, un grand soin apporté aux tenues des personnages, et plus encore à leurs expressions. Vraiment magnifique à regarder. Tout au plus déplorera t-on la violence plus suggérée que montrée: du sang, des cadavres, mais une certaine retenue dés lors qu'il s'agit de montrer les mises à mort, que l'on ne verra jamais en détail. Au vu de l'ambiance, l'auteur aurait pu y aller plus franchement. Mais c'est du chipotage.


En parvenant à créer une oeuvre aussi jubilatoire et immersive, à l'ambiance sombre délicieusement envoûtante, mise en valeur par un trait tantôt fin et détaillé, tantôt plus chargé, et à propos de laquelle l'on n'a qu'une hâte: lire la suite, Masasumi Kakizaki réalise un vrai coup de maître.
Indispensable à tous les amateurs d'univers noirs, violents et sans concessions.

En bref

Des personnages attachants, un univers sombre et accrocheur, servi par un graphisme absolument magnifique: une claque, tout simplement.

8
Green Blood
Pois0n Suivre Pois0n Toutes ses critiques (298)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire