7
Sankarea - Adorable Zombie

par Pois0n le mar. 18 juin 2013 Staff

Les choses se décantent dans le second tome de Sankarea, et la lecture est toujours aussi agréable!

Le problème de la décomposition du corps de Rea se trouve momentanément résolu... mais momentanément seulement. L'occasion pour la jeune fille de profiter de sa toute nouvelle liberté... De façon touchante, Mitsuru Hattori parvient presque à donner à son manga un côté tranche de vie par moments, rendant Rea très... vivante via des expressions toujours bien rendues. Le côté comédie romantique n'est pas en reste, puisque le triangle amoureux Wanko/Furuya/Rea se dessine de plus en plus nettement, d'autant que les choses avancent lentement entre le héros et sa protégée. L'humour et le fan-service côtoient sans mal des passages plus sérieux. C'est cet équilibre fragile entre légèreté et pointe d'amertume qui fait de Sankarea une série vraiment accrocheuse...

... en dépit de quelques défauts. La conclusion des ennuis avec le père de Rea manque par exemple de naturel: tout est bien trop "facile", le côté malsain du personnage a également été atténué là où l'auteur parvenait vraiment à le rendre dégoûtant dans le premier volume.
De même, la lisibilité de l'action n'est pas toujours au rendez-vous lors de certains passages un peu mouvementés. Rien de bien grave toutefois.

Globalement, le bilan reste très positif, avec quelques jolies surprises, des zones d'ombre restant à éclaircir, la promesse d'encore plus d'ennuis pour nos héros à l'avenir sans compter que le principal, à savoir la conservation du corps de Rea, n'a pas été réglé. Une série à l'ambiance unique, douce-amère, indéniablement séduisante.

L'édition de Pika est une réussite, avec une impression impeccable, des bonus sous la jaquette, et aucune coquille. Tout au plus trouvera t-on dommage que le papier soie légèrement jauni, et l'on aurait décidément aimé des pages couleur, surtout vu la beauté des couvertures.

En bref

7
Sankarea - Adorable Zombie
Pois0n Suivre Pois0n Toutes ses critiques (286)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire