5
Princesse Sakura

par Sherryn le ven. 19 avril 2013 Staff

Après un tome assez léger centré sur la vie quotidienne des personnages, on renoue avec un ton plus dramatique, tout en continuant de laisser l'aventure de côté. En effet, on découvre le secret d'Aoba, un secret pour le moins lourd et narré avec l'émotion qui va avec. Cependant, il faut avouer que si le style reste très réussi sur le plan graphique (pour peu d'aimer le genre, évidemment, puisque c'est à la fois archi-féminin et enfantin), le manque de linéarité général du manga et ses bonds d'un extrême à un autre (notamment concernant les relations entre les personnages) amoindrissent considérablement l'empathie avec lequel on ressent ces événements.

L'histoire fait une nouvelle fois preuve de son inconstance permanente, puisque là où l'on aurait pu penser que la mangaka se servirait de cette révélation pour rebondir sur un nouvel arc, elle enchaîne directement avec une partie totalement différente, dont la continuité avec la précédence est si disjointe qu'elle paraît tomber comme un cheveu sur la soupe.

Une fois adopté le rythme de cette surprenante réorientation de l'intrigue, on découvre avec intérêt la naissance d'une amitié inattendue entre Hayate et Rurijo. Certes, ce n'est pas très original, mais néanmoins on se demande avec curiosité quelle sera la suite de cette relation et ses conséquences sur l'évolution des protagonistes et des liens déjà existants, et cela donne assez envie de lire le volume suivant.

Pour ce volume, on reste donc plutôt dans le registre de la vie quotidienne ; l'action se fera encore attendre. Qui plus est, il se montre aussi décousu que le reste de la série l'était déjà ; en ce sens, il est très représentatif de l'esprit général du manga. Dans l'ensemble, rien d'extraordinaire pour ce tome, assez sympathique en soit, mais ne faisant sinon guère que confirmer les défauts généraux de la série.

En bref

5
Princesse Sakura
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire