7
Library Wars - Love and War

par Charlie One le mar. 9 avril 2013 Staff

L’affaire du pervers commencée au tome précédent trouve rapidement sa conclusion dans le premier chapitre de celui-ci et c’est donc sans éclat que notre lecture commence. Les enjeux de l’histoire se résume simplement à, une nouvelle fois, mettre Dojo dans une position protectrice.

Bref, si ce passage n’est pas des plus passionnants, on s’en remet très vite grâce au premier examen de promotion de la petite troupe de gradés de niveau 1. Les ressorts comiques sont toujours plus ou moins identiques depuis le début de la série mais ici nous découvrons une légère variante. Iku connait maintenant l’identité de son prince et cela va donc provoquer chez la jeune femme, de nouvelles situations gênantes. Plus gênantes que d’habitude. Mais du coup c’est aussi moins drôle. Je suis un grand adepte du « will they/won’t they » et la révélation du tome 8 représente un risque pour la dynamique des deux personnages. Je ris toujours mais la romance « conte de fée » est plus présente qu’à l’accoutumée.

A côté nous avons Shibasaki et Tezuka dont la relation évolue également. Cette partie de l’histoire est plus en retrait mais ne manque pas de charme et c’est à ces deux personnages que l’on doit les meilleurs passages de ce 9e tome. Vraiment, Tezuka mériterait d’être encore plus mis en avant.

Pour finir, les derniers chapitres redirigent Library Wars dans une intrigue politique en s’intéressant à la censure des mots ; une censure paraissant complètement absurde pour des mots comme « coiffeur ». Cette histoire peut, si elle est bien gérée tirer son épingle du jeu et faire un peu évoluer l’univers des bibliothécaires.

Un peu moins inspiré par moment tout en restant touchant et marrant dans l’ensemble, on passe un moment plaisant à lire ce tome 9 de Library Wars.

En bref

7
Library Wars - Love and War
Charlie One Suivre Charlie One Toutes ses critiques (311)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire