6
Black Bird

par Sherryn le dim. 3 juin 2012 Staff

Le sang de Misao est désormais convoité par les yôkai du clan de Kyô. Dans le but de préserver la santé de sa bien-aimée, ce dernier se refuse à distribuer son sang, mais s'attire l'inimitié des siens, inimitié dont profite largement Shô, devenu plus puissant lui aussi. Une guerre des clans stratégique et sournoise se dessine entre les yôkai, susceptible d'aboutir à des conséquences dramatiques...

Ce tome confirme l'intérêt grandissant de la série depuis que Misao a rejoint les yôkai. Il se produit parfois des événements cruels qui, s'ils ne sont pas mis très en avant, parviennent néanmoins à générer une impression de suspens : on se demande sans cesse quand la rixe éclatera. La guerre stratégique entre Shô et Kyô se révèle assez efficace pour tenir en haleine, du moins pour la durée de lecture d'un tome. Petite déception peut-être au sujet des souvenirs effacés de Misao, qui malgré qu'ils soient abondamment mis en avant dans ce volume, n'aboutissent pas à de grandes révélations au final.

Les personnages évoluent, deviennent plus attachants et mystérieux.
Shô, après ce qui lui est arrivé, bénéficie indéniablement d'un éclat renouvelé, il a gagné en classe, ne serait-ce que sur le plan graphique.
Misao,quant à elle, lutte avec ses moyens limités, mais elle lutte et parvient parfois à agir intelligemment. Cependant, la niaiserie de ce personnage et ses larmes dans les yeux à toutes les pages continuent à agacer, et son idylle avec Kyô à plomber la série par des doutes constants là où il n'y a pas lieu d'en avoir puisque la mangaka balaie tous nos doutes éventuels dès la page suivante.

Malgré quelques points énervants qui maintiennent cette série dans la catégorie "sympa mais dispensable", la lecture se fait de plus en plus passionnante. Quiconque a poursuivi la lecture jusque là ne devrait pas être déçu, ne serait-ce que par comparaison avec les premiers volumes.

En bref

6
Black Bird
Sherryn Suivre Sherryn Toutes ses critiques (857)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire