7
Kokoro Button

par Misya le jeu. 24 mai 2012 Staff

Maki Usami, désormais reconnue en France pour des séries telles que « Bus Spring » ou bien encore « Sign of Love », nous revient avec ce nouveau titre : « Kokoro Button ».

Koga est un élève brillant et pour ne rien gâcher, il est aussi très beau. Bref, il a tout pour plaire à la quasi-totalité de la gent féminine environnante. Même s’il paraît se désintéresser des questions amoureuses, Nina va rapidement avoir un train d’avance sur les autres prétendantes. Notre héroïne va lui proposer un « essai » de relation afin de voir s’il peut tomber amoureux d’elle. Le challenge a l’aire de séduire Koga qui semble prendre un malin plaisir à éprouver la jeune fille en testant les sentiments qu’elle lui porte.
En introduction, l’auteure nous explique que son personnage a un côté sadique mais précise tout de même que« ça ne parle pas de sadomasochisme ». Sans tomber dans cet extrême, le dictionnaire des synonymes rapproche le terme à : cruel, méchant, vicieux, etc. Koga est loin de ces qualificatifs, espiègle oui, sadique non !

Cependant, cette différence d’appréciation ne m’a pas empêchée de profiter pleinement de ma lecture. Les personnages sont très intéressants, Koga particulièrement. S’il déstabilise Nina, cela fonctionne aussi sur le lecteur qui aura autant envie qu’elle d’en savoir plus sur le jeune homme. Son visage d’ange et son caractère malicieux perturbent l’amoureuse, qui a bien du mal à rester impassible devant ses « tests » incessants. Même si Nina perd souvent ses moyens, elle reste déterminée et motivée ! Mais cela suffira-t-il à officialiser leur relation ?

Une édition classique de « Soleil manga » qui reste proche de son originale japonaise.

Un premier tome intéressant qui ne se termine pas comme je l’aurais imaginé mais qui donne envie de lire immédiatement la suite. « Soleil » a donc vu juste en sortant les deux premiers volumes en même temps.

En bref

7
Kokoro Button
Misya Suivre Misya Toutes ses critiques (53)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire