7
Le Roi Léo

par ivan isaak le jeu. 13 janv. 2011 Staff

Léo, fils de Pandja, a donc pris la succession de son père. Ses affinités avec les humains, et notamment Ken’ichi, pourraient permettre aux animaux de la jungle de se rapprocher de ceux qu’ils considèrent souvent comme des ennemis…

Alors que Léo en apprend un peu plus sur ses origines et celles de son père grâce à Laya, il décide également de créer une « école » afin d’apprendre à ses amis animaux à parler le langage des hommes, dans le but d’améliorer les relations entre les deux « communautés ». Mais une menace plane sur la forêt en la personne de Conga, qui n’est autre que la jeune Mary recueillie par une tribu autochtone quelques années plus tôt…

Second volume pour le grand classique d’Osamu Tezuka, Le roi Léo. Et l’histoire avance ici à grands pas, Léo formant déjà une famille dans ce volume. A la différence de la version animée qui contenait beaucoup de scènes d’entraides entre animaux, le manga fait lui la part belle aux humains et notamment à la recherche des fameuses pierres Moonlight. Entre Ken’ichi, Mary, Mr Moustache et autres, les humains sont ici très présents et les moments purement « junglesque » se font finalement très rares. La volonté de Léo de faire communiquer humains et animaux se ressent fortement mais on ne peut s’empêcher d’être légèrement déçu par les faits narrés et la rapidité de ces derniers. A ce stade, la version animée se révèle meilleure, avec un message humaniste et écologiste plus présent que dans cette version papier, un peu terne au final même si elle reste très agréable à suivre. Et le prochain tome sera déjà le dernier…

Offrant de longs passages consacrés aux humains au détriment des passages entre animaux, ce volume du roi Léo déçoit quelque peu tout en demeurant très sympathique à lire. Malgré ses défauts, le titre conserve sa qualité d’indispensable pour tout fan de manga souhaitant posséder les séries marquantes de l’histoire de ce média.

En bref

7
Le Roi Léo
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire