9
Sabu et Ichi

par ivan isaak le dim. 14 nov. 2010 Staff

Kana et Glénat semblent vouloir mener une lutte concernant Shotaro Ishinomori et la publication de ses œuvres en France. Après Cyborg 009, Glénat a annoncé la sortie prochaine du voyage de Ryu. De son côté, après avoir proposé les one-shot Miyamoto Musashi et Hokusai, Kana décide de sortir une autre longue série du contemporain d’Osamu Tezuka : Sabu et Ichi. La série, qui comptabilise 17 tomes au Japon, sera proposée en une intégrale en 4 gros volumes (ce tome 1 fait 1134 pages !!). A noter que les aventures de Sabu et Ichi ne sont pas totalement inconnues des fans de mangas. En effet, le titre Le vent du nord est comme le hennissement d’un cheval noir, paru aux éditions Kesserling en 1979, est en fait une histoire issue de Sabu et Ichi et que nous serons donc amenés à (re)découvrir en lisant cette intégrale…

A l’époque Edo, Sabu, jeune homme au sens aigu de la justice, est shitappiki travaillant pour un okappiki (ou meakashi). Il se situe donc tout en bas de l’échelle des services de police de l’époque. Son patron étant régulièrement malade, notamment pendant la période hivernale, Sabu est souvent envoyé en première ligne dans les différentes affaires qui peuvent secouer la ville (meurtres, enlèvements, disparitions…). Afin de mener à bien ses différentes missions, il fait équipe avec un masseur aveugle, Ichi, un expert en sabre. Le duo insolite ainsi formé tentera de résoudre les affaires nombreuses qui surgissent dans cette époque trouble de l’histoire du Japon…

Un mot rapide pour commencer concernant l’édition et le prix. 29€, cela peut paraitre cher. Mais il faut voir qu’il s’agit ici de l’équivalent de 5 volumes regroupés en un tome unique (ce tome est d’ailleurs décomposé en 5 « parties », correspondant aux 5 volumes), ce qui finalement revient à moins de 6€ le tome. De plus, le format est plus grand qu’à l’accoutumée, ce qui sera très appréciable à la lecture… Les notes de fin de page seront d'ailleurs souvent un plus pour mieux comprendre le contexte. Passons au contenu maintenant. Sabu et Ichi est une succession de petites histoires, de petites enquêtes même devrait-on dire, que seront amenés à résoudre notre duo de héros. Allant d’une trentaine de pages à une centaine, ces histoires nous permettent de découvrir le Japon de l’époque, Shotaro Ishinomori réussissant parfaitement à nous y immerger grâce à la reconstitution d’estampes, de belles doubles pages (que ce soit pour les paysages ou la ville), ainsi qu’une rigueur historique importante sur les habitudes de l’époque et les relations sociales. On enchaine donc sans aucun problème les 18 histoires de ce premier volume qui nous permettront également de mieux connaitre nos deux héros, dont le passé nous sera dévoilé. Si Ishinomori n’excelle pas dans les scènes de combats au sabre, évidemment nombreuses, les décors et le découpage de ses planches donnent au récit un cachet rare pour un titre qui atteint les 40 ans d’âge…

Classique d’un auteur qui ne l’est pas moins, Sabu et Ichi se révèle être une lecture qui n’a rien à envier aux productions actuelles. On ne peut que remercier Kana de nous offrir la chance de découvrir une nouvelle œuvre de cet auteur qui avait été injustement boudé jusqu’à présent. Un excellent « premier » volume.

En bref

Un grand classique enfin disponible en intégralité en France. Shotaro Ishinomori nous confirme ici son statut d'auteur de référence en nous offrant les aventures de cet improbable duo. Un excellent divertissement.

9
Sabu et Ichi
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire