Critique Manga Le pavillon des hommes #5

7
Le pavillon des hommes

par ivan isaak le dim. 14 nov. 2010 Staff

Ennosuke est désormais le nouvel intendant du pavillon des hommes. Progressivement, son influence sur le shogun et sur le pavillon augmente…

Ennosuke décide de construire un pavillon pour Denbei, le père de Matsu, seule héritière du shogun jusqu’à présent. En faisant ainsi, il diminue le pouvoir de ce dernier, ce qui n’est pas du gout de sire Keishoin, qui décide donc de faire venir Osuke en tant que nouveau courtisan. Mais il ignore que ce dernier connait déjà Ennosuke… Un évènement inattendu va alors bouleverser la vie du shogun Tsunayoshi…

La vie du pavillon des hommes continue dans ce 5ème volume. Et Fumi Yoshinaga a décidé de ne pas être tendre avec Tsunayoshi, le shogun actuel. Outre les agissements d’Ennosuke, ce sont surtout les évènements touchants le shogun qui marquent dans ce volume, où l’on voit une loi de compassion pour les êtres vivants être promulguée dans le but d’assurer une descendance à la lignée shogunale… Mais malgré les efforts de sire Keishoin, la nature reprend ses droits, fort logiquement. Dans ce monde où les femmes prennent place au sommet de la hiérarchie, interdisant même désormais les héritiers mâles, la succession prochaine du shogun devrait de nouveau provoquer quelques remous, même si un nom semble se dégager… Cette uchronie réussie n’a finalement que peu de défauts mais peine tout de même à atteindre une excellence qui semble proche. La multiplication des personnages secondaires, dont il est parfois difficile de faire la différenciation, n’aide pas à faciliter la lecture du titre, tout comme le confinement au pavillon ne permet pas vraiment de comprendre l’état de ce pays dépeuplé de sa population masculine. Ce côté de l’intrigue qui pourrait pourtant s’avérer passionnant n’est que vaguement abordé par moments, l’auteure préférant s’attarder sur les relations entre ses personnages et le destin des divers shoguns, parfois à raison néanmoins. En résulte un sentiment d’inachevé, atténué par le plaisir pris à la lecture de ces destins hors normes, pris dans le tourbillon d’une histoire chamboulée.

Passionnant malgré quelques défauts, Le pavillon des hommes fait partie de ces lectures qui restent indispensables malgré leur côté perfectible. Loin des récits formatés proposés par beaucoup de ses contemporains, Fumi Yoshinaga réécrit l’histoire de bien belle façon. A découvrir si ce n’est déjà fait.

En bref

7
Le pavillon des hommes
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire