4
Ga-rei - La bête enchaînée

par ivan isaak le dim. 13 déc. 2009 Staff

Le sceau de « L’immortel » est sur le point de céder et Yômi est à deux doigts de libérer ce monstre légendaire. Kensuke, qui a désormais une pierre de Sesshô dans le coeur (enfoncée par Yômi), et Kagura vont tenter de lui barrer la route…

Alors que les esprits déferlent sur Tokyô et que les éléments se déchainent, les membres de l’agence de lutte contre les cataclysmes surnaturels ne parviennent pas à empêcher Yômi de libérer « L’immortel », qui n’est autre que le dieu Tengu. L’objectif de Yômi est de fusionner avec lui afin de détruire le monde. Kensuke, grâce au pouvoir de la pierre de Sesshô, et Kagura vont tout de même tout tenter pour empêcher la réalisation du plan de Yômi pendant que les membres de l’agence s’activent pour reformer le sceau…

Après 2 premiers tomes peu convaincants car en manque d’originalité, ce troisième volume déçoit grandement en supprimant les rares bons points du titre et en aggravant les mauvais. Tout d’abord, en ce qui concerne le scénario. A la fin du précédent tome, on pressentait que l’adversaire principal de nos héros était apparu et que leur affrontement serait inévitable. En être déjà arrivé là à ce moment du titre était déjà en soit un peu trop rapide. Et la conclusion de cette partie l’est encore plus. Non seulement le lecteur n’a pas le temps de réellement s’intéresser à l’histoire (en 2 tomes et demi, le premier arc de la série est déjà fini, alors que cette partie contient également la présentation des personnages…), mais en plus sa réalisation se révèle peu emballante et bourrée de déjà-vu. Et la présentation de la seconde partie ne l’est guère plus (une nouvelle élève arrive, et elle vise notre "couple" de héros…). Le fait d’avoir pris l’extrême opposé des shônen habituels (où certains combats semblent durer une éternité) se révèle être une énorme erreur tellement la frustration face à ce combat éclair est immense. Et pour ne rien arranger, l’auteur nous offre un parti pris très étonnant : l’ensemble se déroule dans une atmosphère humoristique totalement en décalage avec le sujet et le contraste rend l’ensemble très désagréable à la lecture. Et cette atmosphère est renforcée par l’utilisation à outrance d’un dessin typique du genre, rendant certains moments importants ridicules. Le dessin ne brille d’ailleurs pas, étant régulièrement confus et mal maitrisé dans un grand nombre de scènes d’action. Bref, la mayonnaise ne prend décidément pas et le peu d’originalité des personnages principaux du titre n’aide évidemment pas : Kensuke est l’archétype du héros de shônen (puceau, qui a du mal avec les filles mais capable de se sublimer pour sauver sa belle…), Kagura est son parfait pendant féminin et le fameux « immortel » de cette partie se révèle hideux et ridicule (il parle en anglais, lui, le dieu tengu typiquement japonais !!!). A croire que Ga-Rei est en fait un titre humoristique à lire au second degré. Si cela est bien le cas, force est de reconnaitre que l’ensemble fait sourire… mais ce n’est clairement pas ce que l’on attendait du titre.

En 3 tomes, Ga-Rei a convaincu. Le titre, tout sauf original, ne dégage finalement rien de bien intéressant. Des personnages totalement stéréotypés, une action prévisible dans ses moindres détails, des coups de théâtre inexistants, un dessin très moyen, un humour décalé qui ne fait pas mouche, une intrigue rapidement expédiée… Bref, voilà un titre qui ne mérite pas que l'on s'y intéresse. Une grosse déception.

En bref

4
Ga-rei - La bête enchaînée
ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1061)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire