8
Black Bird

par Wynn le dim. 12 juin 2016

Histoire :
On suit Misao, une jeune fille de 16 ans qui a l’a particularité de voir les être surnaturel. Ces êtres se font un malin plaisir à la tourmenter. Du coup Misao passe pour une fille maladroite et un peu bizarre. Quand elle était petite elle n’avait pas d’ami à cause de ça puisqu’elle disait qu’elle voyait des trucs zarbi. Seul son voisin jouait avec elle et lui promit de revenir un jour.
Bref, à son seizième anniversaire les choses se précipité, en effet les yokais qui la taquinait jusqu’à présent se mettent à vouloir la blesser plus sérieusement et carrément la tuer en prenant possession de corps humain. C’est qu’intervient Kyo, son ancien voisin qui réintègre sa demeure d’autrefois et lui sauve la mise à plus d’une occasion. Il lui révèle qui l’est en réalité un tengu et que misao est la senka : en gros c’est une humaine particulière qui nait une fois tous les siècles à peu près et qui a la particularité d’apporte longévité et puissance aux yokais. Du coup cela en fait une proie de choix. La légende raconte également que si démon en fait sa femme il apportera la prospérité à son clan.
Le problème s’est que misao ne se rapelait pas ce petit détail et est un peu effrayé mais lui tombe dans les bras quand même car il est beau et que c’est son premier amour. Vient ensuite diverse péripétie pour enquiquiner les amoureux, comme le retour du frère machiavélique qui veut piqué la gonzesse de son frère, différent clans qui viennent s’en prendre aux tengu, etc. il y a aussi la problématique de l’avenir de la senka qui est raconté dans un vieux manuscrit détenu par le clan des Yoko.

Voilà en gros le résumé de l’histoire.

Passons maintenant aux dessins :
Le dessin des personnage est plutôt pas mal, ils sont chacun leur petit truc qui les différencie sauf les deux frère Kyo et Sho mais c’est sur les première planches uniquement après ils se distingue très bien. Les illustrations de début de chapitre sont très jolie et les couvertures aussi en jette pas mal. Cependant les décors sont limite. Je sais bien que dans un shojo les décors sont pas se qu’il y a de plus important mais bien encré le lieu de l’action c’est important. Par ailleurs les batiments donnent l’impression d’être en paiper ou en carton il n’y a pas de profondeur se qui donne un rendu bizarre mais je pinaille, ce sont des détails. C’est pareil pour les scènes de combat, on ne voit pas grand-chose. On voit le avant et le après. C’est-à-dire qu’on voit un personnage lancé son attaque et case suivante on voit se que ça a donné sur l’autre personnage, c’est notamment visible dans le volume quand kyo se bat contre le cadet de la famille Kuzunoha (les yoko). Mais bon là c’est pareil je rale pour des détails.

Point fort :

L’histoire est bien raconté, c’est très fluide il y a de la tension et on ne se concentre pas sur le « est-ce que misao, une humaine, va sortir avec Kyo, un yokai ? » c’est plus que ça : il y a déjà des histoires de clan et de successeur. Cela nous permet de mieux connaitre les personnages principaux kyo et sho et de découvrir comment fonctionne le clan des tengus. Ça apporte donc plus de profondeur à l’univers qu’une simple intrigue basé sur un triangle amoureux entre deux frères qui veulent sortir avec la même fille et encore c’est un poil plus complexe que ça.

De plus on en apprend plus sur les huit grand tengu (ce sont les gardes du coprs personnel du chef du clan) et cela renforce encore l’univers puisque cela peut nous permettre de nous attacher au perso secondaire comme l’histoire de Zenki ou l’accident avec les triplés, je vous spoil pas plus lisez le manga si vous voulez savoir. Donc ce développement des personnages secondaire et de la société tengu ont une double action : étoffé le manga et faire avancer l’intrigue puisqu’il se passe plein de chose lors ces passages.
Passons maintenant à la partie triangle amoureux : elle fait la première partie du manga et nous dévoile comme je l’ai dit des évenement du passer des deux frès en mode flash back ou raconté par un autre perso mais c’est pas répétitif. Donc les deux frangins : sho l’ainé devait être le chef de cla car il puissant et que c’est l’ainé. Son frèe cadet kyo lui s’en battait les steaks jusqu’à se qu’il rencontre misao quand il était enfant. Un jour il se passe un truc pas cool quand misao vient voir kyo, je vous raconte pas je ne voudrai pas gacer votre potentiel lecture. Du coup ça fait tilt dans la tête de petit kyo et se défonce à mot dans les entrainement et les étude pour piquer la place de chef à son frère qui est un pur psychopate. Donc bien sur rien de bien original on a déjà vu ça un peu partout. Et bien sur le frère psychopate s’en prend à Misao à plusieurs reprise, cepeandant on voit que le person n’est pas présenté comme un pur méchant, vilain pas bo et quand fait il en pince pour la fille même si vers la fin il sait qu’il n’a aucune chance. Mais c’est pas vraiment l’intrigue entre les trois qui est super génial c’est les sentiment apporté et les questions posé. En effet les deux frès en viennent au sabre et doivent se mettre sur la gueule pour réglé une bonne fois pour toute cette histoire. L’ennui c’est que les tourteraux ont pas spécialement envie de le faire : ça briserait le lien fraternel et il se torture les méninges pour ça, je trouva ça… plutôt beua perso, pas vous ?
Ensuite vient la seconde partie qui était en filigrane jusque là : l’avenir et comment réagira Misao si elle tombe enceinte ? pour cela nos tengus sont à la recherche d’un manuscrit, comme dit tout à l’heure et bien sur, si jamais misao est en cloque ben, ça va mal se passer, un peut de tragique ça fait pas de mal. Je trouve cette partie assez intéressant psychologiquement parlant puisque cela met les perso à rude épreuve. Ils cherche désespéremment une solution pour finalement n’en pas trouver et là c’est le drame.
Mais forcément Kyo tente un truc complètement à l’arrache et sauve la mise. Happy end.

Passons maintenant au point faible :

1-Le truc qui m’a certainement énervé le plus dans ce mangas c’est misao : elle chiale tout le temps, il n’y a pas une page où tu ne la vois en larme pour x ou y raison. Qu’il y ai des larme de verser de temps en temps u moment clé ok je veux bien : mais c’est tout le temps, tout le temps, tout le temps. Ça donne envie de rentrer dans les case et de lui mettre un claque pour qu’elle pleur pour quelque chose. Se qui fait qu’en il y a un moment plus ou moins tendu ben elle casse tout puisqu’elle se met à chialer dès le début. Ça se calme un petit peu au fur et à mesure mais c’est tout de même chiant.

2-Ensuite, ben que je ne soit pas une féru de shojo et d’histoire d’amour en général : j’ai eu l’impression de voir l’histoire arrivé à 10 km tellement c’était pévisible, sauf à la fin peut être ou le suspens était vraiment bien géré pour le coup. Surtout dans le combat. En effet Kyo devien tellement surcheaté depuis qu’il fait couche avec Misao qu’on sait d’avance qu’il va gagné. Du coup ça plombe un peu les combats.

3-la relance de l’intrigue autour de sho : il nous le fond carrément récussité, désolée pour le spoil mais je ne pouvais pas le dire autrement. En soi c’est pas dérangeant, il y a un tas de personnage qui récussite, il y a qu’à voir dans dragon ball. Mais là où c’est un peut couillons c’est que je trouve que ça apporte pas grand-chose à l’histoire. Ça étoffe un peu l’unviers, notamment le fameux passage avec Zenki que j’évoquais il y a quelques minutes mais sinon point de vue scénaristique je trouve que ça ne fait pas avancé l’histoire. Et le pire, et là je me suis bien marré, c’est que sho lui-même à dit qu’il avait pas envie d’être récussité à la base, c’est un comble quand même. D’ailleurs on peut très bien enlevé cet arc sans que l’histoire en soit bouleversé, je trouve.

4-le happy end ou comment trouvé un truc complétement à l’arrache pour bien terminé son manga. Non mais sans rire un des principes de la relation kyo misao stipule que quand il s’embrasse ou quand ils sont sous la couette misao transmet de la puissance à kyo, se qui en fait un parfait bourrin beau gosse. Mais à aucun moment ils se sont dit : mais peut être que je peut lui rendre son énergie et ainsi la sauver. Bon j’admet que s’il s’était dit ça avant il y aurait pas eu tout le deuxième arc. Mais, parce qu’il y a toujours un mais, l’histoire aurait pu avance de tel façon à se qu’ils le découvre par eux même mais la logique à été largé sur le bord du chemin à ce moment là se qui fait que ça apparait comme une solution sortie de derrière les fagots une fois que tu l’apprends, c’est chouette non ?

En résumé, black bird, est un manga bien sympatique à lire pour se détendre. Les dessins sont pas mal, perso j’adore les illustrations et on passe un petit moment bien sympatique. Les défauts que j’ai énumméré sont pas trop handicapant pour le manga sauf le fait que Misao chiale tout le temps, mais c’est un avis personnel.
Je vous conseil le lire, les filles si vous avez envie de passer un petit moment tranquille.

En bref

8
Black Bird
Wynn Suivre Wynn Toutes ses critiques (61)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire