3
Le voleur d'estampes

par blackgigi le sam. 23 janv. 2016

DE LA POÉSIE EN IMAGE


Une histoire d'amour entre une noble et un homme du bas peuple, une enquête ou les enjeux sont importants pour les hauts fonctionnaires et le tout illustré de dessins style "estampe"; Voici de quoi éveillez votre curiosité ?



Notre histoire se passe surtout de nuit, car on ne vole pas d'objets aux nobles en plein jour, en découle des dessins plutôt sombres, avec beaucoup d'ombres. Un jeune homme bien intégré, qui travaille et subvient à ses besoins, en a assez de cette vie sans piment et décide de voler des choses dont la valeur lui importe peu, seule l'adrénaline ressentie en pleine action, le motive à continuer son forfait. Ses larcins sont de belles prises, mais lui s'en moque éperdument par contre un objet dérobé lui tient vraiment à cœur : une simple estampe représentant une belle jeune femme sur un balcon, la main tendue vers l'horizon...
Se faisant passez pour un Tengu, créature malfaisante à demi corbeau, il "visite" chaque nuit une nouvelle demeure bourgeoise et "emprunte" un peu de ses babioles. Au cours d'une de ses ballades nocturnes, il rencontre une femme qui l'intrigue, la belle est déjà promise à un colonel, mais ça il n'en sait rien. Entre romance, enquête musclée et poésie cet ouvrage a tout pour plaire, surtout qu'il intègre une petite part d'érotisme comme un hommage aux estampes japonaises. Surfant sur la vague de la culture asiatique qui se vend plutôt bien en France, on a ici un livre atypique assez inclassable: entre roman graphique et BD japonisante.



Mais voilà, je n'ai aimé malheureusement : ni le dessin, ni le scénario ni même le placement des dialogues ou la disposition des cases. Le dessin est trop "simple", aucun détail ni expression intense sur un seul visage. C'est représentatif des magnifiques estampes mais en bd c'est autre chose, il faut accrocher à ce style très particulier. C'est pourtant un bel ouvrage, empreint de poésie, mais il n'a pas su me séduire. J'ai particulièrement été rebutée par les gros plans sur les visages qui emplissent les cases sans rien apporter à la narration, ni en émotion. C'est fort dommage car l'auteur est un passionné extrêmement bien documenté et son oeuvre est inspirée des plus grands maîtres d'estampes.


Séverine Chougny / Le 11-01-16

En bref

3
Le voleur d'estampes
blackgigi Suivre blackgigi Toutes ses critiques (124)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire