Critique Manga Gannibal #4

10
Gannibal

par juju le mer. 30 nov. 2022 Staff

L'enlèvement de Mashiro

« L’antagonisme entre les villageois et Daigo s’aggrave à mesure que les jours passent. En enquêtant sur le cannibalisme du village, il sera plongé au sein d’un conflit duquel il tirera une conclusion. Il ne s’agit pas de fuir le village, mais bien d’affronter directement le clan Gotô. »

Un fois de plus je suis sous le charme. Ce tome 4 pousse encore plus sur la psychologie des personnages. Daigo est vraiment poussé à bout après le pseudo enlèvement de Mashiro. On le sent presque à cran, avec l’envie de quitter ce village mais pas sans avoir résolu cette affaire. Mais il est toujours épier dans ces moindres faits et gestes, tout le monde sait ce qu’il fait et où il se trouve. Et pour une fois l’auteur s’amuse à nous montrer une scène où l’agent se retrouve en mauvaise posture avec de nouveau propulser 40 heures avant les évènements. Un classique dans les thriller mais qui marche toujours aussi bien.

Tout ça est bien sûr sublimé par des dessins très réalistes qui parlent autant, voire plus que les paroles. C’est puissant, le portrait de Yuki Agawa au bord des larmes est saisissant (visible sur Instagram : juju_manga).

Le rythme est lent avec une tension qui est toujours maitrisée. Ou Masaaki Ninomiya s’amuse avec les personnages et nous perd sans arrêt avec tous ses retournements de situations. On ne sait pas qui croire. Et une fois de plus ce clan Gotô reste mystérieux, les membres commencent à craquer mais heureusement le futur chef veille encore au grain. Ce tome 4 avec son fil rouge de la cérémonie annuelle renforce cette ambiance si particulière qui en fait mon gros coup de cœur de cette fin d’année.

En bref

"Je tuerai autant de fois qu'il le faut pour protéger ma fille"

10
Gannibal
Positif

La cérémonie annuelle arrive à grand pas et renforme la tension

Des membres du clan Gotô qui se pose des questions

Un Daigo en danger

Negatif

juju Suivre juju Toutes ses critiques (452)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire