Critique Manga BLUE GIANT SUPREME #10

8
BLUE GIANT SUPREME

par Tampopo24 le sam. 26 nov. 2022 Staff

Déjouer les préjugés musicaux

Les amateurs de musique live seront encore à la fête dans cet avant-dernier tome qui montre encore toute la puissance de ce medium pour renverser les tables et les préjugés. Un grand moment !

Dai et sa bande ont été invités à un festival rock. Quelque chose de complètement contre-intuitif pour un groupe de jazz. C'est ce qui va nous faire vivre de grandes émotions. Shinichi Ishizuka n'a vraiment pas son pareil pour mettre en scène de tels moments. Il alterne entre petites histoires simples dans les coulisses et démonstrations scotchantes sur scène. C'est excellent !

On assiste vraiment à un moment d'anthologie ici fait pour nous montrer la puissance de la musique. En voulant la montrer divisée entre fans de rock et fans de jazz, le mangaka va finir par montrer comment une bonne prestation peut rassembler tout le monde sans préjugé. Il fait donc très bien monter la tension avant le concert, faisant croire que la réussite de cette entreprise est impossible, mais ce n'est que pour mieux nous scotcher ensuite et bien que simple, ce procédé fonctionne à merveille. Toutes les tensions disparaissent le temps d'une prestation à marquer d'une pierre blanche et au contraire de nouvelles opportunités s'ouvrent.

J'ai beaucoup aimé la mise en scène de tout cela. Voir ce Dai mature, calme, posé qui ose aller vers les autres avec simplicité puis qui avec la même efficacité se montre tel qu'il est au naturel sur scène pour faire entendre la puissance de son son et la profondeur de sa passion, c'est excellent ! On réalise à quel point il est loin devant son rival Ernest, qu'il affronte ici. On sent combien ce groupe autour de lui a progressé avec lui et est désormais passionné aussi par ce qu'il fait. On sent combien tout cela fascine le public et fait bouger les lignes. Un grand moment. Normal après cela qu'il se fasse remarquer par de grands pontes et que de nouvelles possibilités enthousiasmantes s'offrent à lui. C'est ce qu'on attendait, ce qu'on a et ce qu'on sera ravie de suivre dans la suite déjà annoncée par Glénat pour le printemps.

En bref

Toujours un grand moment musical, Blue Giant Supreme renverse les tables ici et déjoue les préjugés sur la réception du groupe jazz par des amateurs de rock, montrant l'émotion universelle que peuvent transmettre des musiciens qui croient en ce qu'ils font. C'est beau, intense, magistral et la mise en scène de Shinichi Ishizuka nous percute encore une fois les tympans, nous faisant revivre, pour ceux ayant été en festival, la puissance et la magie de ces moments. J'ai vibré avec Dai et ses amis et j'ai été émue par les changements qui se sont opérés en eux. Je prépare les mouchoirs pour le dernier tome qui approche.

8
BLUE GIANT SUPREME
Positif

Une série qui fait vibrer

Assister à la métamorphose d'un groupe.

Transcender sa musique pour rompre les préjugés

Une narration d'une efficacité implacable

Une mise en scène de la musique qui perce les tympans

Un cheminement vers l'évolution d'un musicien très bien écrite

Negatif

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (998)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire