Critique Manga Witch Watch #2

6
Witch Watch

par Sachiko-chi le mar. 22 nov. 2022 Staff

Un trio de créatures surnaturelles !

J'avais bien envie de découvrir la suite des aventures de Nico et Morihito, de ces êtres surnaturels dans un lycée lambda. Mais on voyait un fil rouge se dessinait, une petite histoire sous ces couches d'humour, puisque Morihito a pour mission de protéger Nico son amie d'enfance. Qui dit protéger, dit action, mais aussi mener une enquête pour savoir qui est à l'origine de ces menaces.

De ce fait nous retrouvons Nico et Morihito dans ce début de tome, où notre protagoniste masculin vient de recevoir une nouvelle prophétie de la maman de Nico. Cette dernière permet à Morihito d'avoir des indices sur l'ennemi potentiel auquel ils vont devoir faire face.
La lecture commençait très bien avec ce rappel de la trame principale, et des éléments du quotidien qui se cousait au fur et à mesure à l'histoire. De plus, cette nouvelle prophétie permet à Kanshi d'arriver dans le récit. Ce nouveau personnage masculin va très probablement s'inscrire comme personnage durable, puisqu'il est chargé de la même mission que Morihito.
Kanshi est un personnage léger et franchement très agréable à suivre, il apporte une autre forme d'humour au récit, qui n'en manquait pas déjà bien entendu. Mais surtout, il apporte une nouvelle mythologie à l'histoire, en faisant rentrer dans le récit les tengu, une espèce issue du folklore japonais, que l'on voit assez rarement, ici ça ajoute un peu d'originalité.

Mais si les personnages suivant la trame principale aidée par Kanshi, rapidement le mangaka instaure un récit centre sur l'humour et le tranche de vie, il y a des chances qu'il lasse ses lecteurs surtout francophones...
En effet, Kanshi est un autre ami d'enfance de Nico, et il va devoir s'intégrer à ce petit duo, malgré l'animosité présente entre lui et Morihito dû à leurs origines de créature. C'est drôle, c'est sympathique et heureusement que ça ne dure pas tout le long du tome, parce que ça aurait été plus agaçant à suivre.
Par contre, avec ce second tome, on va pouvoir faire la rencontre de nouveaux personnages qui auront plus ou moins d'importance dans la suite du récit, mais ils offrent des passages tous différents. En effet, on va pouvoir faire la rencontre d'élèves, de professeurs ou de sorcières, mais le tout avec toujours beaucoup d'humour. J'ai trouvé ces passages un peu plus long à lire, et certains s'éloignaient vraiment de l'histoire de base comme avec la professeure, je n'y voyais pas grand intérêt si ce n'est développer certaines relations. C'est d'ailleurs quelque chose que réussit bien le mangaka dans ce tome, à voir par la suite comment ça va évoluer.

Comme dit plus haut, avec ce tome, on va avoir de nouveaux personnages, dont certains vont venir demander de l'aide à Nico, et elle va utiliser sa magie. Une utilisation qui lui est bénéfique pour sa carrière de sorcière, et qui lui permet de s'améliorer. Mais personnellement, j'y vois plutôt une grande ressemblance avec sa précédente saga Sket dance, j'espère que ce sera seulement des histoires isolées, et que le mangaka ne retombera pas dans la même construction avec un peu de magie ajoutée.
Je reste curieuse de lire la suite tout de même, parce que j'apprécie le travail du mangaka.

En bref

Avec ce second tome, le léger fil rouge s'efface beaucoup.. Le mangaka le maintient au début avec l'entrée de Kanshi, mais rapidement, il centre son récit sur le tranche de vie et l'humour, qui sont clairement ses styles de prédilection. On va faire de nouvelles et nombreuses rencontres, tout en développant certains personnages et certaines relations. J'espère que la trame principale sera relancée...

6
Witch Watch
Positif

Un joli dessin

Des personnages attachants

Développement des relations

Plus value avec l'arrivée de Kanshi le tengu

De l'humour

De nouveaux personnages

Negatif

Des chapitres plus longs avec trame principale qui disparait

Trop de similitudes avec sa précédente saga

Sachiko-chi Suivre Sachiko-chi Toutes ses critiques (376)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire