Critique Manga Pour Le Pire #5

7
Pour Le Pire

par Tampopo24 le dim. 27 mars 2022 Staff

Regards croisés sur une serial killeuse

Plongée toujours aussi impressionnante dans ce duel à distance entre une serial killer et un travailleur de la protection de l'enfance. Taro Nogizaka fascine avec sa narration rentre dedans et ses nombreuses ramifications dans une histoire toujours plus sombre.

J'ai beaucoup aimé la dynamique de ce tome qui alterne entre procès et plongée dans les pensées des gens côtoyant Shinju. L'auteur nous fait rentrer dans la tête de ces gens et nous voyons à travers toutes les perceptions divergentes qu'ils ont de cette serial killer tellement manipulatrice, ce qui est proprement fascinant.

En parallèle, nous cherchons tous dans ses multiples témoignages, la faille, la part de vérité qui permettra de la comprendre et de saisir pourquoi et comment elle a fait tout ça. C'est comme dans les séries américaines quand le profiler essaie d'établir un portrait du criminel poursuivi, sauf qu'ici il a déjà été arrêté et est en plein procès. Cependant le doute est partout et on n'arrive pas à s'en détacher. Et si elle avait vraiment été victime d'abus ? Et si ça expliquait sa folie ? Et si elle était vraiment aussi fragile qu'on le perçoit parfois ?

Du coup, l'ambivalence des personnages et notamment d'Arata nous pousse aussi à nous interroger et l'auteur ne nous aide pas à nous décider, au contraire il entretient le doute avec des dessins tour à tour touchants et flippants de Shinzu. Impossible de la cerner et pourtant nous sommes déjà au tome 5. Personnellement, j'adore cette ambiance malaisante, sur la corde raide, où on ne sait pas sur quel pied danser et où on la voit manipuler son monde et distiller avec parcimonie des informations, comme l'emplacement d'un nouveau bout de cadavre ici.

Mais ce n'est pas la seule chose que j'apprécie. J'aime aussi la place qui est faite aux familles des victimes et aux services sociaux. Car au-delà de cette histoire de tueuse, l'auteur nous parle également du système judiciaire et d'aide aux victimes au Japon et comme partout, ce n'est pas forcément reluisant.

En bref

Pour le pire continue à terriblement bien porter son nom avec une héroïne serial killeuse qu'on continuer à soupçonner du pire au fur et à mesure qu'on avance. Mais l'auteur parvient à chaque tome à proposer quelque chose de nouveau, ici un angle de vue plus global des personnes entourant Shinju et du regard qu'ils portent sur elle et sur l'institution. C'est passionnant et fascinant de malaisance.

7
Pour Le Pire
Positif

Un nouvel angle de vue dans ce tome

Une Shinju toujours aussi fascinante et difficile à cerner

Une intrigue toujours tendue et malaisante

De nouvelles découvertes

Un doute qui persiste

Un regard critique sur les institutions

Negatif

Une narration aux tendances outrancières

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (942)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire