Critique Manga Les enfants de la baleine #19

7
Les enfants de la baleine

par Tampopo24 le lun. 7 févr. 2022 Staff

Paradis vs Boss ultime

Nous voici parti pour encore un nouvel arc dans cette histoire décidément à rallonge et j'espère bien que ce sera le dernier cette fois car je ne vois pas trop ce qu'elle pourrait raconter encore après sans donner le sentiment d'exagérer...

Les enfants de la baleine est vraiment depuis ses débuts un très beau shojo d'aventure sur fond d'une fantasy âpre et dépaysante. Cependant, je dois avouer une certaine forme de lassitude au fil des tomes malgré le fait que l'intrigue se soit un peu éclaircie au fil des aventures de nos héros. Alors maintenant qu'ils ont trouvé leur terre promise et que le big boss semble vouloir leur chercher des noises, j'espère qu'on arrive au bout du bout.

Ce tome, fort mince encore une fois, nous plonge dans l'installation des habitants de Phaleina à Kivotos, ce havre de paix bucolique où des habitants aux coutumes proches des leurs les ont accueillis à bras ouverts. Cela marque une pause salvatrice après tous les combats qui ont eu lieu et c'est fort agréable de voir nos héros dans une dynamique positive d'installation et non de combat. Ainsi, même si c'est fort bref, j'ai apprécié ces instants de vie où on les voit découvrir un autre peuple, d'autres paysages et mettre la main à la patte pour se créer un nouveau cocon, sans oublier ce qui s'est passé et dans le but toujours d'avancer dans la vie et de rendre hommage aux défunts, un pan important de l'histoire.

Cependant, j'ai aussi apprécié quand l'engrenage s'est grippé et que d'un côté les habitants de Kivotos sont venus parler d'une funeste prophétie et de l'autre que l'Empereur, double de Chakuro s'est mis en marche vers eux. Ce dernier est vraiment l'élément perturbateur ultime de la série avec ses ambitions pharaoniques de destruction de tout leur monde pour mieux le faire renaître en le modelant selon sa volonté. Sa mégalomanie fait peur et en même temps, je le trouve bien moins charismatique que ne le fut Orca et ses sbires en son temps. Les attaques que subissent les habitants de ce monde sont bien moins marquantes qu'au début, soit qu'on s'est habitué à cela, soit que la brièveté de celles-ci contribue à les rendre plus fades et moins impactantes. J'ai un peu le sentiment qu'une routine s'est installée en fait.

Ainsi même si le folklore de la série et ses motifs mélancoliques me séduisent toujours autant, je ne peux m'empêcher de trouver qu'elle a bien perdu en qualité depuis le début. On n'est plus dans la série coup de poing dénonçant le militarisme et les enfants soldats. On est beaucoup plus dans un basique récit d'aventure sur fond de fantasy avec la recherche d'un paradis terrestre où s'établir et bâtir une société plus égalitaire en pensant ses plaies et en se souvenant de tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour cela. C'est plein de bonnes intentions mais plus banals et cela se sent dans la narration et l'histoire qui ont moins d'impact et font plus déjà vu.

Reste des dessins toujours aussi sublimes par leur finesse et leur onirisme, contribuant beaucoup à la belle ambiance mélancolique du titre, ainsi qu'une imagination folle pour les décors, costumes et créatures qui immergent vraiment dans un univers 100% dépaysant.

En bref

J'espère donc qu'on s'achemine bien vers la fin de l'histoire avec cet arc confrontant les héros à leur désir ultime d'un côté et leur ennemi ultime de l'autre. Abi Umeda a pour moi fait le tour de ce qu'elle avait à dire et il temps de conclure avant de trop dénaturer le titre. Elle nous aura offert une bien belle et rude ballade dans cet univers mélancolique et dramatique à souhait souligné par la magie de ses compositions graphiques.

7
Les enfants de la baleine
Positif

Des dessins d'un bel onirisme

Un univers dépaysant

Des héros qui touchent au but

La promesse, enfin, du dernier arc

Une belle mélancolie

Des personnages touchants

Negatif

Une histoire trop délayée

Des combats qui ont perdu en impact

Un message moins percutant

Une série qui devient plus banale

Tampopo24 Suivre Tampopo24 Toutes ses critiques (855)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire