9
Real

par Auray le dim. 19 sept. 2021 Staff

Un retour très attendu

On n'est près de six années d'attente entre le tome quatorze et quinze de la fameuse série « Real », de Takehiko Inoue. Son style proche de la réalité manque trop dans le paysage du rayon mangas en France. Ça me choque toujours de ne plus avoir en arrière-plan les rayons des roues de fauteuils roulants de nos rescapés de la vie comme dans les premiers tomes, mais les traits aux pinceaux en encre de Chine, ce n'est pas mal non plus. Sinon, la sortie en librairie correspondait exactement avec celle de la période télévisuelle où sont retransmis les Jeux Paralympiques de Tokyo. L'handisport est enfin mis en avant avec ces deux canaux, il était temps pour ces héros hors du commun.

La vraie question, c'est, est-ce que le maître a perdu de son excellence depuis le temps ? On le sait, il a arrêté aussi du côté de son autre série tout aussi célèbre, vagabond. Si j'ai bien lu ses trop rares interviews, il est fatigué, il faut comprendre certainement derrière les lignes, des soucis de santé qui ne seront pas dévoilés publiquement. Son succès ne se dément pas en France avec la réédition récente de Slam Dunk en édition perfect, chez Kana, par exemple, ou son art book, vite en rupture de stock.

Qu'importe, une courte pause de cet état latent aura permis de lire ces quelques lignes de la suite de cette série consacrée à l'handibasket. D'ailleurs, qu'importe quel personnage qui sera exploité, c'est le fait de pouvoir se relever après la chute qui est important. Il y a Takahashi luttant contre lui-même et son corps depuis le début. Aujourd'hui, le simple fait de vaincre sa peur et de lâcher le fauteuil roulant si sécurisant pour pouvoir mettre le ballon dans le panier, c'est une véritable épreuve, en plus de cette nouvelle hauteur. Et, quand en plus on a des spasmes aux jambes, il y a de quoi avoir vraiment le moral au plus bas. Mais, il pourra compter sur d'autres membres, et son mental de sportif est toujours là, lui.

On remarque que son destin est lié également à Nomiya, l'homme illustré sur la couverture. Son look a changé, mais lui aussi on le voyait dans les premières pages de cette série. Il combat son être également, mais d'une autre manière. Il a une colère en lui qui lui apporte que des ennuis depuis l'accident de la route. Il est peut-être temps de se remettre en question l'ami ? Ce qui est bien lorsque l'on est plus bas que terre, c'est que l'on peut que remonter ! Pourra-t-il rassembler tant de morceaux cassés ? Et, il faut préciser que tout ceci est conté tout en nous donnant encore quelques précisions sur ce fameux sport, encore méconnu. Savez-vous ce qu'est un « low pointer », vous ?

Un des héros du début, Kiyoharu, est certes, pas vraiment mis en avant, mais, il aura aussi des choses à dire. Bref, la chorale de « Real » fonctionne toujours aussi bien sans jamais se perdre... même si on ralentirait bien dans les dessins d'un des maîtres du genre. On est vraiment ravis ! Mais le mot de la fin annonçant les événements du prochain tome a de quoi refroidir nos ardeurs : «  à paraître, un jour dans le futur ! ». Bon, on a bien appris que l'on pouvait vivre avec pire comme désavantage, non ? En attendant, prenons soin des uns des autres, qu'importent les différences, trouvons les passions qui nous animent et l'art de se relever dans toutes les épreuves... sans oublier que l'on peut parfois se reposer sur l'épaule d'un camarade ! Vous n'êtes pas seul, ne l'oubliez jamais !

En bref

« Je dois lâcher mon fauteuil... et me préparer à tirer... »

9
Real
Positif

Le petit résumé du début

Forcément, le retour de « Real » et de Takehiko Inoue

Un mangaka toujours si impressionnant dans son art

Des destins hors du commun qui nous donnent de véritables leçons de vie

On en apprend toujours plus sur l'handibasket

Quelques pages couleurs

Negatif

Le tome 16 est «  à paraître, un jour dans le futur ! »

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (581)
Partager :
Commentaires sur cette critique (2)
  • On espère tant older God, moi le premier, faisant partie des fans de ka première heure. D'ailleurs, il parlait de reprendre cette série...

  • Il est peut-être fatigué mais le film de SlamDunk va probablement aussi lui redonner la pêche !

Laissez un commentaire