8
Ranma 1/2

par Auray le mar. 15 juin 2021 Staff

Vive les mariés !

À l'occasion du dernier tome de la série Ranma ½ de Rumiko Takahashi, et surtout, au bout de quatre années de publication en France, on remarque une belle couverture argentée pour l'occasion. On n'oublie pas notre couple phare qui casse la baraque, car, ils sont tout simplement habillés tout de blanc. Eh oui, peut-être qu'enfin Akané et l'homme à la natte vont se marier ! Mais avant, il faudra abattre un terrible ennemi sur un combat qui nous tiendra déjà bien en haleine sur tout ce tome double.

Dès le premier volume, on sait que l'on va retourner à un moment de l'histoire aux sources ensorcelées de Zhou Quan Xiang de Chine, le fameux endroit où Ranma est tombé au départ et qui lui a valu tous ces ennuis. Car, c'est là-bas que sa faculté de se transformer en fille c'est faite dès que de l'eau froide le touche. Parviendra-t-il à lever cette malédiction ?

Franchement, rien n'est joué ! Car après la rapide présentation des hommes-oiseaux dans le tome précédent, le big boss digne d'un magnifique jeu vidéo des années quatre-vingt-dix fait son apparition : Safran, le roi du mont Phénix. Mais avant ça, Rumiko Takahashi, en reine du manga, fait monter la pression.

On a d'abord Shampoo qui passe du côté de l'ennemi grâce à un procédé assez drôle que je vous laisse le plaisir de découvrir. Les combats n'arrêtent pas, tellement qu'il est décidé de passer à quelque chose de plus radical pour toucher notre héros : Akané. Quand même, c'est assez incroyable quand on y pense comment les ramifications s'enchaînent et se se lient de manière fluide pour ce grand final.

De plus, il faut noter que les dessins sont vraiment dignes d'un dernier tome. On pourra reprocher à l'artiste d'utiliser souvent le même procédé à plusieurs reprises, mais il donne un effet de grandiose. On remarque effectivement des prises de vues en paysage prenant toute la page, avec une macro sur le visage des personnages en action en haut de page. Mais franchement, quand on voit les fabuleux décors inspirés de la Chine, on ne peut que se réjouir de pouvoir admirer ce célèbre trait de plus près.

On relève aussi une chose rare. Tous les anciens ennemis/amis de Ranma vont travailler main dans la main afin de vaincre l'ennemi le plus puissant de la série. On reprend ici les codes nekketsu, mais c'est tellement bien orchestré, que l'on pardonne à la dame de nous avoir fait attendre si longtemps ce moment culte de les voir enfin tous ensemble, main dans la main et de manière intentionnelle cette fois.

La fin, comme souvent dans les mangas, peut cependant en frustrer plus d'un. Un début d'explication est donnée dans les dernières pages lors de l'interview, toujours auprès des chroniques martiales habituelles. Il faut en gros se remettre dans le contexte de l'époque, où notre grande dame n'a pas eu le cœur de clore les différentes trames. Une preuve de plus s'il le fallait que Ranma ½ a une place bien à part dans son grand cœur... et pour les lecteurs aussi, bien sûr ! On espère que cette nouvelle édition entièrement retraduite va plaire encore à de nouvelles générations, et ceux, pour très longtemps !

En bref

« Tant mieux pour toi si tu veux devenir un fournisseur d'énergie... »

8
Ranma 1/2
Positif

Un incroyable final

Les plus beaux ennemis/amis de Ranma sont présents

On emmène Akané dans la partie, d'une manière assez fine

La façon d'hypnotiser les ennemis est tordante, et on ira même plus loin dans la blague

Des dessins immenses et merveilleux, où l'on peut vraiment admirer le célèbre coup de crayon de la reine des shonens...

Negatif

… mais un procédé graphique répétitif quand même.

La fin qui n'en est pas vraiment une

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (543)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire