5
Re:Monster

par MassLunar le mer. 4 nov. 2020 Staff

Goblin's leader

Voilà du parfait concentré de jeu vidéo en manga pour le meilleur ou pour le pire.

Honnêtement, je suis un peu mitigé devant ce premier volume de Re:monster. Autant, la structure et la progession scénaristique du manga est intéressante avec un côté très RPG qui donne de sympathiques qualités ludiques à ce titre. Re:monster rappelle un autre isekai d'inspiration très vidéoludique : Moi, quand je me réincarne en slime à la différence que le premier est plutôt du genre seinen/dark fantasy tandis que le second est beaucoup plus orienté shônen. Il n'y a qu'à voir l'assassinat, un acte commun à ces deux titres et qui n'est pas représenté de la même manière. Re:monster s'ouvre en effet sur un meurtre assez glauque.

Pour en revenir à l'aspect jeu vidéo et plus précisément RPG, notre héros possède une faculté majeure: l'absorption des pouvoirs. C'est son atout principal. Une petite bulle s'ouvre à chaque absorption telle une voix dans la tête de notre réincarné et indique la compétence ainsi absorbée. C'est assez drôle au premier abord même si notre chère humain réincarné en gobelin devient vite puissant. 

De ce fait, malgré sa longueur, la progression de ce premier opus est hâtive. On se prend au jeu et nous suivons la réaincarnation de cet humain qui va vite devenir un puissant gobelin au sein de sa commune. Le gobelin, à l'instar d'un slime, est perçu comme l'une des créatures les plus faibles des RPG. Le manga Goblin's Slayer joue justement avec cette idée pour dissimuler la dangerosité des gobelins. De ce fait, c'est un réel plaisir que de voir l'auteur donner corps à cette communauté de petits monstres verts bien qu'elle soit vite humanisés sous leur apparence d'Hobgobelins. On rejoint encore la dimension vidéoludique comme si les auteurs avaient voulu souligner l'aspect gestion de cette communauté qui débutait alors comme un petit groupe perdu dans une grotte et qui vont finir par évoluer (dans tous les sens du terme) grâce à ce humain réincarné. Les voir se confronter à divers ennemis est plutôt enthousiasmant. 

L'aspect videoludique de cet isekai a beau être intéressant, re:monster souffre tout de même de sa structure jeu vidéo qui, en réalité, le prive d'une véritable intrigue. Ainsi, ce premier volume reste assez répétitif. Chasse, acquisition de compétences, évolution, confrontations, chasse... Ce premier tome semble emprisonné dans des actions qui se résument bêtement à du farming pour reprendre justement une action permanente rpg dans lequel on bute du monstre pour dérober leurs équipements et acquérir de l'expérience. Ce premier opus tourne vite en rond et ne laisse aucune place à une véritable intrigue.

De même, je ne suis pas du tout fan de la voix du narrateur. C'est un mode narratif qui me gonfle quand il est utilisé dans le manga. Cela le rend inutilement bavard. De plus, le personnage principal est vide ce qui rend son discours encore plus impersonnel. Alors oui, cela créer un sentiment de proximité avec le héros mais ce discours descriptif finit par devenir lassant. Je pense que cela est dû au fait qu'à la base, Re:monster est un light novel et, à cause de ça, les auteurs ont voulu garder le discours raconté à la première personne tout comme le roman de base. Autant cela peut passer sur certains passages, autant dans un manga de 220 pages, c'est assez pénible à lire même si on aime la lecture. La narration est trop descriptive, voire impersonnelle. On ne sait pas vraiment qui est ce héros, quelles sont ses motivations, etc... Juste le fait qu'il a un coté galant avec certains humains qu'il cherche à sauver demeure le seul point un peu plus étoffé dans ce premier volume. 

Côté dessin, Haruyoshi Kobayakawa donne une certaine générosité à ce manga. Visuellement, c'est dense, c'est fourni et le design très humanoïde des gobelins les rend facilement attachant ( même si au final, très peu sortent du lot )Rien de transcendant dans le découpage de l'action. Les combats s'enchainent assez vite sans guère de précision. Le dessin reste  toutefois suffisamment épique et bourrin pour ravir un lectorat avide de  fantasy musclée.  


En bref

Ce premier tome de Re:monster (série qui compte seulement 6 tomes à ce jour alors qu'elle est parue en 2016) demeure efficace par son ambiance vidéoludique qui ravira les amateurs d'RPG à l'ancienne mais ce premier opus se prend également les pieds dans sa narration lourdingue mené par une personnage creux sans aucune nuance. A voir comment notre héros " évoluera" par la suite.

5
Re:Monster
Positif

Un isekai de fantasy façon RPG assez prenant...

Le côté évolution et gestion des gobelins

Negatif

... mais qui est aussi dépourvu d'intrigue digne de ce nom

Une narration en voix-off assez lourde

Un héros réincarné sans personnalité ni âme

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (279)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire