8
Route End

par Auray le lun. 16 mars 2020 Staff

Les conséquences pour les accidentés de la route

Kaiji Nakagawa prend le temps dans cet avant-dernier tome de Route End. Et du temps, nous en avons avec cet isolement forcé pour cause de Coronavirus ! Soyons positif, au moins, on ne risque pas de croiser un meurtrier comme End avec ce confinement! Comment ça il sévit aussi à domicile ?

Après s'être inquiété fortement de la baisse de moral de Taji Haruno, suite aux révélations surprenantes du tome précédent, le scénariste et dessinateur prend le temps de conclure comme il faut son histoire. Et, quand on lit parfois de longues séries de mangas pourtant passionnantes, mais avec une fin bâclée, vous ne résisterez pas à cette courte série qui prend justement le chemin à l'envers. Chaque victime aura sa petite histoire familiale que vous découvrirez au fur et à mesure de votre lecture dans ce tome. Il est important d'ailleurs de reprendre connaissance de tous les nombreux intervenants comme il est proposé en début de volume. Mais, même sans ça, il est facile de s'y retrouver, le tout est très limpide, ce qui n'est pas si facile à ce niveau. Sinon, vous aurez de l'empathie soudaine pour certaines personnes que vous revoyez pour l'occasion, et d'une manière complètement différente pour le coup, pour les autres, ce ne sera pas forcément le cas, à vous de le découvrir !

Aussi, les dessins de Kaiji Nakagawa sont comme ses dialogues, clairs et précis, ou encore, propre. Il met bien en valeur l'apathie du présumé assassin, comme le stress des différentes familles de tous niveaux sociaux. Le noir et le blanc communiquent du coup bien ses différentes émotions. Enfin, lors des déroulements des cases, on y verra une inspiration toujours très cinématographique.

Le monde actuel n'est jamais noir ou blanc comme ce manga, il y a beaucoup de nuances de gris. Vous allez enfin voir émaner les liens entre les différentes victimes et histoires. À présent, on aimerait bien savoir où est passé Taji !

En bref

« Ça y est, il a craché le morceau ! »

8
Route End
Positif

On prend le temps d'écrire une fin complète

Aucune famille de victimes n'est oubliées

Le noir et le blanc font des merveilles

Une approche très cinématographique

Negatif

Pas sûr que ça remonte le moral dans cette ambiance liée au Coronavirus

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (565)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire