• Critique Steal Moon T.1 par

    Amateur de bagarre, Nozomi se révèle encore invaincu. Alors lorsqu'un inconnu lui propose un défi, le jeune garçon, sûr de lui, accepte sans hésiter. Seulement voilà, l'enjeu est de taille et le jeune homme n'imagine pas à quel point !

    Certains auront reconnu le trait spécifique de la mangaka, Makoto Tateno, auteur de School of the Muse et Yellow est de retour aux éditions Taïfu avec un titre pour le moins original : Steal Moon.

    Contrairement à ce que laisse penser la couverture, Steal Moon utilise un genre jusqu'alors inédit dans le yaoi : la science-fiction. Et la mangaka s'en tire plutôt bien ! Avec une histoire recherchée, et des scènes de sexes présentent juste ce qu'il faut, Steal Moon accroche tout au long de sa lecture.

    Néanmoins, si le scénario tient la route et séduit facilement, on regrette que certains détails ne soient pas assez expliqués. Ainsi, le rapport entre le nom de Nozomi et la partie d'Isis qui lui est lié, est flou et peu satisfaisant, de même que le lien qui unit trois des personnages du manga. Il existe sans doute beaucoup de japonais portant le même nom que les trois élus, alors pourquoi eux ? L'explication est trop simple et aurait méritée plus d'approfondissement pour réellement convaincre.

    Heureusement, ce léger point dérangeant, ne gâche en rien la lecture et l'on termine Steal Moon, satisfaits mais intrigué. Que se passera-t-il dans le second et ultime tome ? Avec un cliffangher comme celui que nous propose Makoto Tateno, on ne pourra que se jeter dessus.

    7

    Miawka - 16 octobre 2011

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Steal Moon T.1 ?
Ecrire une critique