• Critique Elin, la charmeuse de bêtes T.6 par

    Vraiment, que je suis contente de ne pas avoir lâché cette série malgré ses débuts un peu faiblards. Elle communique un message très beau et puissant sur notre relation aux autres, aux animaux et à ceux qu'on considère à tort comme "inférieurs".

    Ce nouveau est source de bien des chamboulements. Dans le dernier Lilan était enfin parvenue à voler comme les ôjus sauvages, mais on apprend ici que ce n'est pas sans risque. Le souci, c'est que l'information vient d'un Ahlyo qui refuse d'en dire plus ce qui est très frustrant. On ne peut donc pas s'attendre à voir quelqu'un obéir et arrêter quelque chose qu'il trouve sous un prétexte aussi vague et fallacieux. L'obéissance aveugle, ça suffit !

    Du coup, on assiste plutôt encore une fois au développement de la très belle relation entre Elin et les ôjus qu'elle croise. Un nouveau camarade, un ôju sauvage, va d'ailleurs rejoindre le centre de soins et formation et bouleverser un peu tout le monde. C'est chouette, ça continue à rendre la lecture dynamique. On se pose de nouvelles questions avec lui parce qu'il est sauvage mais également parce qu'il est un mâle. On en apprend ou plutôt devine encore plus sur eux et l'univers continue de s'enrichir.

    De plus, l'autrice développe à merveille les relations entre Elin et sa directrice. Celles-ci sont vraiment très proches et c'est beau à voir. Elles comprennent chacune l'importance à donner à ces créatures qu'il ne faut pas enfermer dans un modèle inique. Cela amène peu à peu l'histoire à faire le lien avec son aspect politique, toujours présent en filigrane, qui resurgit en force à la fin du tome pour de futurs grands bouleversements, je n'en doute pas.

    8

    Tampopo24 - 26 novembre 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Elin, la charmeuse de bêtes T.6 ?
Ecrire une critique