• Critique My Hero's Dream T.1 par

    Débarqué en août chez Taifu Comics, le titre My hero’s dream vient sympathiquement clore les parutions estivales de cette année. De son titre original, Oko-sama Star est une série toujours en cours au Japon avec quatre volumes au compteur dont le dernier est paru en septembre 2018 aux éditions Ichijinsha. L’éditeur nous promet un récit doux-amer sur les apparences et le désir de monopoliser l'autre. Avec sa couverture pleine de peps et son synopsis qui annonçait une romance légère, l’envie de se plonger dans cette œuvre se faisait ressentir par ce temps maussade. Verdict ? Une chouette lecture sur bien des aspects.

    My hero’s dream parvient à nous séduire rapidement grâce à des thématiques qui entrent facilement en résonance avec les lectrices/lecteurs. Le point de départ peut sembler assez simple notamment le cliché du bad boy mis à l’écart par les autres à cause de son aura et qui va s’ouvrir aux autres grâce à l’intervention d’un autre personnage plus extraverti. Cela dit, les messages qui se dégagent au fil du récit sont positifs et font tout le sel de ce premier volume. A travers l’histoire de Kaidou, la mangaka rappelle qu’il est parfois difficile d’assumer sa passion devant les autres surtout quand on est doté d’une personnalité plus introvertie. On devrait tous pouvoir être libre d’aimer ce qui nous passionne sans avoir peur du regard des autres. Autre difficulté, on est bien souvent jugé sur son apparence ou sur son aura alors que ces deux aspects n’ont parfois rien à voir avec ce qu’on a l’intérieur et qu’il faut passer du temps avec la personne pour se faire une vraie opinion. On a tous été jugé gratuitement au moins une fois dans notre vie et certains d’entre nous ont peut être eu des difficultés à s’intégrer, c’est pourquoi ce que vit Kaidou nous touche forcément. De plus le petit côté passionné limite enfantin et doux qui se dégage de ce dernier qu’on découvre au rythme des pages qui se tournent en fait un personnage attachant.

    L’auteur exprime tout à fait autre chose avec Honda, c’est ce qui rend le récit assez prenant. On apprécie la façon dont elle évoque les maladresses et les blessures qu’on peut infliger lorsqu’il s’agit de celui qu’on aime. On est happé par cet éveil de sentiments entre doutes, culpabilité, tristesse et de remises en question. Le tempo est également bien choisi car c’est au moment où Kaidou allait de nouveau de l’avant qu’il va être blessé par celui qui a permis cet élan. On ressent le désarroi des personnages avec une réelle intensité. Mettre en vis-à-vis des personnages aux personnalités différentes reste une belle façon d’accrocher le lecteur, le duo fonctionne et l’alchimie opère petit à petit.

    Enfin, on assiste à la naissance de liens forts et on est d’autant plus heureux de pouvoir retrouver nos personnages dans la suite de leur mésaventure amoureuse. Espérons que l’auteur continuera de développer des thématiques intéressantes dans les prochains volumes.

    Un petit mot sur les graphismes, le chara design des personnages est plutôt banal mais pas désagréable. L’ensemble peut paraître un peu brouillon et inégal avec parfois une exagération du trait lors de certaines scènes. Par contre, la palette d’expression est bien fournie et a permis de rendre de nombreux passages beaucoup plus parlants. Elle a également réussi à mettre en valeur le côté plus dérangeant de Honda. Tout est centré sur les personnages, il y a très peu de décor. Les illustrations des chapitres sont plutôt jolies. Globalement, on apprécie le style un peu brut et plein d’énergie de la mangaka.

    7

    snoopy - 15 octobre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu My Hero's Dream T.1 ?
Ecrire une critique