• Critique Corps solitaires T.1 par

    Corps solitaires... est un titre qui m'a fait de l’œil sans vraiment comprendre pourquoi. Et que dire... si ce n'est que c'est une immense surprise ! Je ne m'attendais pas du tout à ce genre de récit et au final je n'ai pas pu arrêter ma lecture avant d'avoir fini ma lecture... Ce qui m'arrive de plus en plus souvent. Les thèmes abordés sont maîtrisés au moins qu'on peut facilement se mettre à la place des personnages, ce qui accentue l'immersion.

    Nous suivons Michi, une jeune femme japonaise employée dans une entreprise. A seulement 32 ans, sa vie de femme mariée est morose, son mari ne la touche plus depuis deux ans et ne cesse de lui reprocher que c'est parce qu'elle n'est plus assez sexy, qu'elle a pris du poids, qu'elle ne s'épile pas... Bref, les relâchements qui surviennent avec les années. Leur relation est très banale en soit, beaucoup de couples finissent dans cette situation et il est facile d'imaginer ce qu'elle ressent et ce que son mari peut également ressentir.

    Première chose qui m'a extrêmement plu, on se met à la place de plusieurs personnages, on comprend ce qu'ils ressentent et comment ils le ressentent. Le développement des protagonistes n'est donc pas mis de côté et est même au centre de toute l'attention. Car on ne va pas se mentir : nous sommes dans le monde réaliste et barbant du travail, on survole très rapidement l'univers sans y attacher grande importance. Mais ça ne gâche en rien le récit car tout tourne autour des personnages et est totalement maîtrisé. On sent que le sujet a été travaillé et que l'auteur y a mis de l'émotion.

    Pour se concentrer sur Michi dans un premier temps, elle souffre énormément du fait que son mari ne la désire plus. Elle de son côté, de part son amour pour lui, aimerait pouvoir vivre des moments intimes avec lui... Ce qui n'arrive jamais. A plusieurs reprises, il lui promet qu'ils vont faire l'amour et tenter d'avoir un enfant, mais il finit toujours par repousser. Dire qu'il est trop fatigué, qu'elle insiste trop et faire un air qu'il exprime clairement qu'elle l'agace. Michi m'a fait énormément de peine tout au long du tome. Elle se remet sans cesse en question, tente de faire des efforts et se prend toujours un énorme vent. On prend très vite conscience que cette situation ne peut pas durer et qu'elle va devoir faire des choix drastiques.

    Elle est totalement l'opposée de sa collègue Hana, qui change rapidement de copain quand le piment disparaît. Il lui arrive même de fréquenter plusieurs hommes qui ne lui apportent pas la même chose. Ce personnage aide beaucoup au développement de Michi puisqu'elle se plonge dans ses pensées lorsqu'elle compare ce qu'elle vit à ce que Hana vit. Et ce n'est pas la seule puisque Niina, un jeune homme de 36 ans, lui aussi marié, aide beaucoup Michi à extérioriser tout ce qu'elle ressent. Lui aussi ne peut plus toucher sa femme qui n'a plus aucun désir pour lui. Ce personnage permet entre autres de montrer que cette situation peut exister dans les deux cas, et qu'on en souffre dans tous les cas. Un rapprochement entre eux nous fait nous demander si leur relation va évoluer, mais personnellement j'aimerais que la suite soit moins évidente. Qu'ils soient de simples confidents, soutiens l'un pour l'autre et qu'ils puissent s'émanciper de cette situation qui les fait tant souffrir.

    C'est un véritable coup de cœur. Ce premier tome nous plonge vraiment dans le ressenti des personnages de manière tellement convaincante que ça en devient impressionnant. Je suis rarement aussi comblé après avoir lu un tome, et surtout un tome 1 qui n'est censé qu'introduire l'univers. On ressent tellement à travers les personnages qu'on en est même tristes quand les personnages le sont. J'ai hâte de découvrir ce que nous a prévu l'auteur dans le tome 2...

    9

    Niwo - 12 octobre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Corps solitaires T.1 ?
Ecrire une critique